A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

L’insécurité perturbe l’enrôlement à Tshopo

Écrit par LP, publié samedi 05 aout 2017 le .

On dénombre plus de cinq mille personnes habitant dans la forêt, au-delà de la localité Balobe en territoire de Bafwasende, qui n’ont pas pu s’enrôler. Ce n’est pas à leur gré, surtout qu’acquérir sa carte d’électeur répond à un devoir civique. C’est plutôt à cause de l’insécurité qui sévit dans cette partie de la République.

Les sources locales rapportent que Bafwasende à environ 500 km à l’Est de  Kisangani (chef-lieu de la Tshopo) est sous contrôle du chef Maï-Maï Luc Yabili. Ces hors-la-loi y opèrent dans cette partie de la province en fragilisant la situation sécuritaire par des incursions répétées dans les villages. Une situation qui créé des mouvements des populations.

Ces personnes non enrôlées sont regroupées dans des foyers miniers, dénonce le président de la Société civile locale, Clément Awoli, dans une déclaration faite hier vendredi 4 août à Radio Okapi.«Nous lançons un appel vibrant à enrôler ces gens pour qu’ils jouissent de leurs droits civiques. Ils sont dans la forêt, qu’on sécurise aussi les agents de la Céni », a-t-il ajouté.

Débutée le 30 avril dernier, l’opération de révision du fichier électoral devrait prendre fin après trois mois du début d’enrôlement. Le chef d’antenne de la Céni du territoire de Bafwasende, Michel Mayoko, reconnaît que ces personnes ne sont pas encore enrôlées. Il évoque des soucis d’ordre sécuritaire dans cette partie de la province de la Tshopo en ces termes : «On a connu de sérieux problèmes au moment de mettre en place la cartographie. Nos éléments ont été pris en otage par les miliciens qui ont arraché leurs appareils GPS et cette région n’a pas été prise en compte».

Michel Mayoko invite ces personnes à sortir de cette forêt et à s’enrôler dans le centre d’inscription non loin de Balobe.

Pour la Société civile, l’enrôlement de cette population pourrait facilement augmenter le nombre de sièges à la députation.

La Céni dit avoir réalisé plus de 88% de ses prévisions, à quelques jours de la clôture de cette opération. Elle prévoyait enrôler environ 1 349 677 personnes dans toute la province de la Tshopo.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...