A la Une

Olenghankoy met Kabila à l’épreuve

Olenghankoy met Kabila à l’épreuve

Président du CNSA, Joseph Olenghankoy se positionne désormais en démineur de la voie qui mène...

S’en sortira t-il ?

S’en sortira t-il ?

Partira ou partira pas ? C’est la question fondamentale que se pose tout Congolais sur le...

Unanimité à l’Assemblée nationale : Bruno Tshibala sommé de démissionner

Unanimité à l’Assemblée nationale : Bruno Tshibala sommé de démissionner

Les jours de Bruno Tshibala à la Primature sont comptés.  Son sort a été scellé mercredi à...

La guillotine

La guillotine

Le Premier ministre Bruno Tshibala a vécu mercredi une journée chaude à l’Assemblée nationale....

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Imprimer

Environnement : évaluation de la gestion durable des forêts des zones humides transfrontalières des lacs Télé-Tumba

Écrit par St Augustin K., publié vendredi 04 aout 2017 le . Publié dans Economie

Les experts de la RDC et du Congo ont deux jours pour évaluer les recommandations prises lors de la 1ère réunion du Comité binational de planification et d’exécution du paysage des lacs Télé-Tumba en septembre 2016 à Brazzaville.

Du 3 au 4 août à la Maison de France, à Gombe, les experts du Comité binational de planification et d’exécution (CBFE) du projet de gestion du paysage des lacs Télé et Tumba réfléchissent sur le plan de cogestion durable des ressources naturelles de cette aire protégée qui se situe à cheval entre la République du Congo et la République démocratique du Congo.

À en croire M. Alfred Yoko, chef de programme Faune à WWF RDC, cette réunion de haut niveau du CBFE s’assigne comme objectif d’assurer le suivi des recommandations de la première réunion qui s’était tenue, le 29 septembre 2016 à Brazzaville. Il s’agit aussi de dresser l’état des lieux de l’avancement des activités du paysage eu égard à l’accord de coopération sur la Binationale lacs Télé-Tumba (Binationale LTLT). Ces assises sont aussi une occasion d’analyser et de valider le rapport d’analyse des textes réglementaires régissant la gestion des ressources naturelles dans les deux pays de la Binationale LTLT ainsi que les projets de décrets/arrêtés de mesures d’application pour l’implication effective des communautés locales et Peuples autochtones à la gestion des aires protégées de la Binationale LTLT.

M. Christian Mabita, consultant recruté par WWF RDC, a présenté à l’attention des participants les conclusions de son étude menée sur la manière dont le paysage des lacs Télé-Tumba est géré par les deux Congo. Cette étude a consisté en une analyse des textes légaux et réglementaires en vigueur sur la gestion du paysage des lacs Télé-Tumba afin de relever leurs lacunes, le vide juridique en ce qui concerne la participation des communautés locales et Peuples autochtones à la gestion des ressources naturelles des aires protégées.

Cette analyse a permis au consultant de constater que la question des droits des communautés locales n’est pas vraiment prise en compte aussi bien par la Constitution que par d’autres textes légaux et réglementaires existants en RDC. Au Congo-Brazza par contre, la loi n°05 est consacrée aux communautés locales et Peuples autochtones.

Aussi a-t-il concocté deux projets de décrets : l’un pour la République démocratique du Congo et l’autre pour la République du Congo ; les décrets pourront clarifier la manière dont les communautés locales et Peuples autochtones vont gérer les ressources naturelles dans ces aires protégées.

Mais auparavant M. Laurent Nsenga, chef de projet Lac Tumba, et Benjamin du projet Lac Tele, ont présenté le paysage de leurs aires protégées respectives.

On rappelle que la Binationale lacs Télé-Tumba est la plus grande forêt humide et la 2è zone humide du monde après Pantanal en Amérique du Sud. D’une superficie de 126 440 km2, elle se situe à cheval sur la République du Congo (54 001 km2) et la République démocratique du Congo (72 439 km2). Environ 70%, de la zone est composée de forêts et d’herbages humides, inondés de manière saisonnière, le reste étant de la terre ferme et de la savane.

Il abrite de grandes densités de trois grands primates d’Afrique (gorilles, chimpanzés et bonobos). Les autres espèces présentes dans ce paysage sont les éléphants de forêt, les hippopotames ; 16 espèces de singes diurnes et 7 espèces de duikers. Plus 350 espèces d’oiseaux y ont été observées, notamment des populations importantes d’oiseaux aquatiques, sans compter des crocodiles du Nil, des crocodiles à nuque cuirassée ; et des crocodiles à front large…

En vue de promouvoir la gestion durable dans la Binationale, un accord de coopération avait été signé entre la RDC et la RC en août 2010. La Binationale lac Télé-lac Tumba poursuit, entre autres objectifs, d’impliquer les communautés locales et renforcer  leurs capacités dans la gestion participative des ressources naturelles ; conserver et utiliser rationnellement les écosystèmes des zones humides par des actions locales, nationales, régionales et par la coopération internationale pour contribuer au développement durable…

Pour permettre la mise en application de cet accord, trois comités avaient été institués : le Comité Binational de Planification et d’exécution (CBFE), le Comité Binational de supervision et d’arbitrage (CBSA) et le Comité binational de suivi (CBS).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Choléra ou typhoïde
vendredi 24 novembre 2017
Statistiques alarmantes des Nations unies : « Au moins 2,4 milliards de personnes de par le monde n’ont pas accès aux toilettes ». À Kinshasa, affirme l’Unicef, des millions d’habitants font leurs...