A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Lu pour vous : « Les relations garçons-filles en milieu universitaire »

Écrit par Bienvenu Ipan, publié jeudi 03 aout 2017 le . Publié dans Culture

Dans la brochure éditée en 36 pages, l’auteur, Mgr Maurice Plevoets, répond aux préoccupations des étudiants sur «la grandeur du mariage ; la nécessité de se séparer au mariage ; comment développer la chasteté ; les fiançailles ; l’invitation au bonheur dans l’amour ».

Le fondateur et l’actuel aumônier de l’œuvre Gabriella, Mgr Maurice Plevoets, de l’archidiocèse de Kinshasa, a publié, en février 2017 aux éditions Gabriella, à Kinshasa, la deuxième édition revue et complétée de l’ouvrage «Les relations garçons-filles en milieu universitaires ».

Dans sa brochure, Mgr Maurice Plevoets répond aux questions posées par des étudiants lors d’une conférence qu’il a animée le 16 juin 2016 sur « les relations garçons-filles en milieu universitaire ». Les étudiants ont été nombreux à assister à cette conférence. Ils ont écouté avec attention et un grand sérieux. Après la conférence, il y a eu une avalanche de questions. Sur base des questions posées pendant et après la réunion, le prélat catholique a complété le texte de la brochure :

« J’ai été frappé par l’intérêt des étudiants et par le nombre de leurs questions, ainsi que par le sérieux avec lequel ils ont suivi le débat qui portait parfois sur des questions délicates. Il n’y a pas de doute que le sexuel joue actuellement, plus que dans le passé, un grand rôle dans la communauté estudiantine, suite aux films pornographiques projetés par certaines chaînes de télévision, par l’Internet, par le téléphone. Les jeunes sont informés de la prolifération des désordres dans le domaine sexuel. Ils sont assaillis par les images, ils sont agressés dans leur maturation psychologique. Il fallait une réponse à leurs questions, une réponse actualisée et concrète. Il y a quelque temps, il y avait une pudeur, même un certain tabou autour du sexuel, maintenant tout est exposé au grand jour sans gêne et sans réserve. On parle des choses les plus perverses, avec parfois un vocabulaire qui banalise ce qui est ignoble. Tout en essayant d’être aussi clair et franc que possible dans mon exposé et mes réponses aux questions, je me suis abstenu, par respect pour mes lecteurs, de parler nommément des gestes et des actes qui sont réellement de malheureuses déviations anormales et dénotent une perversion sexuelle ».

«Les relations sexuelles sont demandées par Dieu »

L’auteur a intégré toutes les réponses dans cette brochure. Ce, à travers trois chapitres. Dans le premier chapitre intitulé «La grandeur du mariage », l’auteur renseigne que « le mariage est une institution divine ; que Jésus fait du mariage un sacrement. Dieu le Créateur a donné aux couples d’être féconds et d’avoir des enfants. Dès lors, les relations sexuelles ne sont pas seulement permises mais elles sont demandées par Dieu lui-même. Dieu a voulu qu’une femme s’attache à un homme, et que leur union y compris leurs relations sexuelles exprime la richesse de l’amour de Dieu. À cet amour conjugal, Dieu a donné le pouvoir de donner vie à de nouveaux êtres humains. Dans le plan de Dieu, l’enfant naît, non d’un accomplissement mais d’un amour conjugal pleinement vécu. Quand il y aura des enfants, les époux vivront de nouvelles relations avec chacun de leurs enfants : nouvelles responsabilités, nouvelles joies. Ils ont la tâche d’aider les enfants à devenir des adultes. Et à être heureux ».

Rester chaste jusqu’au jour du mariage

Dans le deuxième chapitre, « Nécessité de se préparer au mariage », le prélat trouve « important que pendant les études, les étudiants découvrent le vrai sens de l’amour ». Pour lui, « les relations avec les jeunes de l’autre sexe seront marquées par un grand respect, par une amitié saine, par un regard pur ».

Dans le troisième chapitre, «comment développer la chasteté ? », l’auteur prodigue quelques conseils pratiques aux étudiants qu’il invite notamment à « se forger d’abord une personnalité, s’instruire (sur l’anatomie, la chasteté, la psychologie, la sexualité, la physiologie), avoir des relations amicales avec les jeunes de sexe opposé, sans complexe, s’approcher du sacrement de la pénitence au moins cinq à six fois par an ».

Dans le quatrième chapitre, « Les fiançailles », l’auteur conseille que les fiançailles doivent être un temps de sainteté grandissante et non un temps de péché. Les fiancés prendront l’habitude de prier ensemble, ils s’engageront ensemble au service de la communauté estudiantine».

Dans le cinquième chapitre, «Invitation au bonheur dans l’amour », Maurice Plevoets souhaiterait que « nos étudiants/étudiantes ne se laissent pas ensabler dans le marasme des plaisirs sexuels désordonnés mais s’épanouissent dans une vie de pureté, de dignité, de joie vraie. Je voudrais aussi que chacun d’eux s’engage à rester chaste jusqu’au jour de son mariage religieux ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....