A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Kasaï : deux militaires condamnés à 7 ans de prison pour viol

Écrit par L.P., Publié jeudi 03 aout 2017 le . Publié dans Brèves

Le tribunal militaire garnison de Tshikapa dans la province du Kasaï a condamné lundi 31 juillet deux militaires pour le viol de deux mineures. D’après des sources locales, les condamnés sont deux soldats des Forces armées de la RDC qui étaient placés au check-point de Kasala sur la route Tshikapa-Tshimbinda pour empêcher l’avancée des miliciens de Kamuina Nsapu.

En juin dernier, ils ont intercepté deux filles âgées de 14 et 15 ans qui se rendaient à Tshimbinda, avant de les violer dans la brousse. De retour à Tshikapa, les jeunes filles ont informé leurs parents qui ont saisi la justice.
A l’issue d’un mois de procès devant le tribunal militaire garnison de Tshikapa, les deux militaires écopent chacun de 7 ans de prison. Chacun doit également payer une amende de 4 000 dollars américains au titre de dommages et intérêts.
Les deux condamnés disposent d’une semaine pour faire appel. L’ONG Association pour la défense des droits des enfants et femmes opprimés (ADEDEFO), qui s’est constituée partie civile,  salue le verdict. Selon sa coordinatrice, Philomène Mwamba, ce type de verdict peut dissuader les potentiels auteurs de viol et réduire cette pratique dans la région.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.