Imprimer

La MONUSCO souligne la nécessité du respect des libertés et droits fondamentaux

Écrit par Stanislas Ntambwe, publié mercredi 02 aout 2017. Publié dans Online Dépêches

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RDC appelle au respect des libertés fondamentales et exhorte les uns et les autres à faire preuve de retenue.

Dans un communiqué publié mardi 1er août 2017 à Kinshasa, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Maman S. Sidikou, s’est dit préoccupé face aux arrestations et détentions arbitraires survenues en différentes régions de la République démocratique du Congo (DRC).

Ce communiqué fait suite à une mobilisation pacifique de la société civile, organisée le lundi 31 aout 2017, aux fins de protester contre le retard accusé dans la publication du calendrier électoral et d'appeler à la tenue des élections avant la fin de l'année.

Plus de 120 cas d’arrestations

Le 31 juillet 2017, les Nations Unies ont relevé « plus de 120 cas d’arrestations ou de détentions à Kinshasa, Goma, Lubumbashi, Beni, Butembo, Bukavu et Mbandaka », indique le communiqué. Parmi les personnes détenues, précise-t-il, figuraient « huit représentants des médias, dont un journaliste de Radio Okapi et deux membres de la presse internationale, qui ont été libérés à la suite d'une intervention de la Mission onusienne en RDC (MONUSCO).

« Des rassemblements ont également été violemment dispersés à Kisangani et à Bukavu, où la Police nationale congolaise (PNC) a tiré à balles réelles, blessant trois personnes », affirme la Monusco.

Respect des droits fondamentaux

A cet effet, Maman S. S se dit « profondément préoccupé par les restrictions imposées aux rassemblements pacifiques et les arrestations qui frappent ceux qui voudraient exprimer leurs opinions politiques, ainsi que par le ciblage de journalistes et la confiscation de leurs matériels », a-t-il déclaré. Par la même occasion, il exhorte les autorités nationales et locales à « respecter pleinement les libertés et droits fondamentaux tels que consacrés par la Constitution congolaise ».

« Je souligne également la nécessité pour tous les acteurs politiques, indépendamment de leurs affiliations partisanes, de s'abstenir de toute déclaration ou action qui pourrait exacerber les tensions et polariser encore davantage le paysage politique», a ajouté Maman Sidikou.

Le Représentant spécial rappelle que le respect des libertés fondamentales, ainsi qu'un engagement de toutes les parties prenantes à faire preuve de retenue et à préserver l'esprit de dialogue et de compromis, sont essentiels à la création d'un environnement propice à la mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre, qui doit culminer avec la tenue d'élections paisibles et crédibles.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La délégation syndicale des services centraux de l’ESU transmettra prochainement à la nouvelle secrétaire générale de l’ESU un cahier des charges actualisé et même déjà examiné en commission mixte entre...