A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Deux poids, deux mesures

Écrit par Le Potentiel, publié mardi 01 aout 2017 le . Publié dans A la Une

La rue a encore fait parler d’elle. En mal. En effet, les organisations de la Société civile et les mouvements citoyens avaient prévu d’organiser, le lundi 31 juillet, des manifestations pacifiques dans quelques grandes agglomérations du pays, notamment  Kinshasa, Bukavu et Lubumbashi pour réclamer la tenue d’élections cette année.

Leur péché, c’est qu’ils devraient emprunter la rue afin de déposer leur mémorandum à la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Comme toujours et avec le même modus operandi, plusieurs militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) ont été interpellés et jetés en prison, sans ménages.

Ce qui intrigue dans cette nouvelle vague d’arrestations, c’est ce phénomène nouveau inventé par la majorité au pouvoir, à savoir le « dédoublement ». Après avoir dupliqué les partis politiques de l’Opposition, c’est le tour du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) de se voir appliqué la même ruse : deux Lucha s’affrontent sur le terrain. Les deux n’ont en commun que l’homonymie. La substance y est diamétralement opposée.

La preuve ? Une branche (débauchée) de la Lucha est sortie allégrement dans la rue, le samedi 29 juillet, sans être inquiétée. Les combattants de cette Lucha-là ont fini leurs manifestations publiques dans des débits de boissons. Par contre, la seconde Lucha – la vraie – a fini sa manifestation du lundi 31 juillet dans les geôles.

En un mot comme en mille, de telles pratiques dégradantes constituent un véritable recul pour la démocratie congolaise. La restriction de l’espace démocratique ne fait pas grandir une nation. Au contraire. On se demande, finalement, que gagne la nation à travers ces actes ignobles qui ne font que ternir son image.

Quel que soit le bout par lequel on peut le prendre, un tel traitement, mis en balance, s’appelle « deux poids, deux mesures ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox