A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Deux millions, SVP

Écrit par Ben-Clet, publié vendredi 28 juillet 2017 le . Publié dans Apostrophe

Deux millions de dollars ! Telle est la cagnotte exigée, à titre de rançon, par quatre «bad boys» - un Congolais, un Camerounais et deux Mozambicains - pour libérer leur otage, Ritesh Hemnani, un jeune homme d’affaires indien de Kinshasa.

Selon le porte-parole de la Police nationale qui s’adressait, le 10 juillet 2017 à la presse, l’Indien a été enlevé sur son chantier le 20 juin à 9h30. Il a été séquestré, 18 jours durant, dans une résidence située au quartier Jamaïque, à Kintambo.

Pour faire diversion, les criminels avaient imaginé un stratagème consistant à dépêcher un membre de l’équipe à Goma, avec pour mission de lancer l’opération de harcèlement sur la famille de Ritesh à Kinshasa. Dans ses communications, cet «envoyé spécial» menaçait de tuer Ritesh si sa famille ne versait pas deux millions de dollars.

Aussitôt informés, les limiers de la Police se sont engouffrés dans le dédale pour rapidement géolocaliser le «téléphoniste rançonneur» : Goma. Interpellé, ce foutu Congolais s’est mis à table en livrant les contours de l’arnaque manquée.

Est-ce que Ritesh est un cas isolé ? Je crois le contraire. Rappelons les enlèvements des autochtones et des employés des ONG internationales, suivis des demandes de rançon, à Beni-Butembo, au Nord-Kivu. Des enlèvements en Ituri. L’enlèvement récent au Sud-Kivu des 21 camionneurs tanzaniens et 3 kenyans. L’enlèvement des employés d’une société minière au Maniema. L’enlèvement des religieux au Kasaï.

Le cancer des enlèvements, avec demande de rançon, est en phase de métastase. Il vient se greffer sur un contexte politico-économico-social délétère. La RDC avance, à petits pas, vers la criminalité transfrontalière. Bokeba !

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.