A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Kikwit : le bureau de l’assemblée provinciale et le gouvernorat à couteaux tirés

Écrit par FL NL-NS, publié jeudi 27 juillet 2017 le . Publié dans Provinces

La loi électorale et la décision de la CENI relative à la convocation du scrutin et la publication du calendrier de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs dans onze provinces, dont le Kwilu, divisent le bureau de l’assemblée provinciale et le gouverneur de province.

Les relations sont orageuses au Kwilu, entre le bureau de l’assemblée provinciale et le gouverneur de province, God’El Kinyoka.

Pomme de discorde : la décision n°044/2017 de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) relative à la convocation du scrutin et la publication du calendrier de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs dans onze provinces, dont le Kwilu.

Se fondant sur cette décision, le bureau de l’assemblée provinciale du Kwilu interdit, depuis jeudi 20 juillet, le gouverneur God’El Kinyoka d’engager cette entité à partir de cette date, renseigne l’Agence congolaise de presse (ACP), citant une instruction formelle de ce bureau contenue dans sa lettre n°2012/2017 de la même date lui destinée.

Le vice-président de l’organe délibérant du Kwilu, Louis Kasende Mundeke, qui assume depuis deux mois l’intérim de son président en mission à Kinshasa et signataire de cette lettre, a légitimé cette démarche en référence à la électorale et à la décision n°044/2017 de la CENI relative à la convocation du scrutin et à la publication du calendrier de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs dans onze provinces, dont Kwilu.

« J’ai le devoir de vous rappeler que vous n’êtes plus habileté à engager la province du Kwilu dès réception de la présente lettre », a fait savoir le vice-président de l’assemblée provinciale au chef de l’exécutif provincial.

M. Louis Kasende Mundeke a enjoint le directeur provincial de la Banque centrale du Congo (BCC) de l’ex-Bandundu et les chefs des agences bancaires TMB, FBN Bank, Caisse d’épargne du Congo (CADECO) et le directeur général de la Direction générales des recettes locales du Kwilu (DGREK) de prendre les dispositions utiles pour le respect de cette instruction de l’autorité budgétaire de la province.

La responsabilité d’engager la province incombe dorénavant au vice-gouverneur du Kwilu, Nicolas Bulukungu, a conclu le vice-président du bureau de l’assemblée provinciale du Kwilu.

Sans surprise, le gouverneur Kinyoka Kabalumuna a refusé d’obtempérer à  l’instruction du vice-président du bureau de l’assemblée provinciale du Kwilu.

 

Dans sa réponse datée du 21 juillet 2017, rapporte l’ACP, le gouverneur de Kinyoka a refusé d’exécuter l’instruction du bureau de l’assemblée provinciale, en attendant l’élection de nouveaux gouverneur et vice-gouverneur du Kwilu. Il a qualifié cette instruction d’illégale, précisant qu’elle ne sera pas exécutée au regard de l’article 28 de la Constitution de la République démocratique du Congo qui dispose que « nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal ». « Votre instruction constitue une usurpation des pouvoirs relevant exclusivement du président de la République. Il revient au chef de l’Etat, qui a investi le gouverneur de la province du Kwilu par ordonnance présidentielle, de prendre les dispositions nécessaires à toutes fins utiles », a-t-il soutenu.

 

Evoquant ensuite le pouvoir de contrôle de l’assemblée provinciale prévu par la Constitution, M. Kinyoka a relevé la pertinence  de l’article 116 du règlement intérieur de l’organe délibérant du Kwilu qui, précise-t-il, en donne les mécanismes selon lesquels  « le président de l’assemblée provinciale ne s’adresse pas au gouverneur de province par voie d’instruction ».

 

Les deux institutions de la province sont indépendantes l’une de l’autre, a-t-il répliqué. La sécurité de la province  a été enfin, mise en exergue par le gouverneur Kinyoka qui s’est montré  critique vis-à-vis de l’attitude du bureau de l’Assemblée provinciale du Kwilu qui « dénote d’un acharnement inexplicable contre sa personne et qui est de nature à créer une crise politique grave susceptible de déstabiliser la province », a-t-il conclu.

 

 

A ce stade, les choses sont là. Mais on craint que la situation ne puisse empirer demain. Attendons voir.

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...