A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Porteur de mallette (bis)

Écrit par Ben-Clet, publié mercredi 26 juillet 2017 le . Publié dans Apostrophe

Une mallette est une petite valise généralement rectangulaire et rigide, utilisée pour transporter le nécessaire de voyage ou de travail. On l’appelle élégamment «attaché-case».

Quant au porteur de mallette, il s’agit d’un individu qui, de façon mécanique et fruste, endosse pour diffusion, sans la moindre critique, les avis, aussi bien pertinents qu’insensés, de celui qu’il vénère comme son créateur.

La société a affaire, là, à un irresponsable, un inconscient. Que le bel homo eroticus – pas du tout sapiens -brandisse un diplôme prétendument lui appartenir, l’opinion peut raisonnablement lui en dénier la propriété.

Mon incise, longue et rugueuse, tient à inviter tout intellectuel lucide à s’indigner contre des usurpateurs de sa qualité, et dont la profession est d’inonder l’air que nous respirons avec des messages propagandistes auxquels eux-mêmes, dans le secret de leur lit, ils ne croient jamais.

Prenons en exemple l’un de ces messages hypocrites qui, en réalité, sent malheureusement la manip. Lisez : «Le peuple attend du gouvernement Bruno Tshibala l’organisation des élections, l’amélioration de la situation socio-économique et la pacification de tout le pays».

Les citoyens devraient poser deux questions aux transporteurs de ce laïus : «En dehors des élections qui sont un impératif, de quels moyens disposera Tshibala pour pacifier les provinces que la Majorité kabiliste n’a pas pacifiées depuis 11 ans ? Qui pourvoira le gouvernement en ressources pour améliorer le vécu des populations laissées sur le trottoir depuis 11 ans » ?

Conclusion : Messires les propagandistes, conservez jalousement votre précieuse poudre de perlimpinpin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...