A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Lokondo : « La rencontre entre le président Kabila et Mgr Utembi est un désaveu aux pourfendeurs de la Cenco »

Écrit par Pitshou Mulumba le . Publié dans A la Une

Après sa participation au 29ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, le chef de l’État Joseph Kabila a séjourné à Kisangani dans la province de la Tshopo où il a reçu en audience, le mercredi 5 juillet, les notables de la province, notamment Mgr Marcel Utembi, l’archevêque de Kisangani et surtout, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Une rencontre que salue le député national MP Henri-Thomas Lokondo, dans l’espoir, indique-t-il, que l’Accord de la Saint-Sylvestre signé sous l’égide de la Cenco, soit appliqué globalement dans sa forme et dans son fond.

Joint au téléphone hier dimanche 9 juillet, Henri-Thomas Lokondo, qui est incontestablement parmi les meilleurs parlementaires du pays, voit en cette rencontre entre le chef de l’Etat et le président de la Cenco, « la preuve qu’il n’y a pas eu rupture entre le chef de l’Etat et l’Eglise catholique qui est la confession religieuse la plus importante et la mieux implantée dans notre pays comme tout le monde le sait… ».

« J’espère que ceux qui passent leur temps à vilipender la Cenco pour ses prises de position qui rentrent pourtant dans le cadre de sa mission sociale et pastorale, doivent s’exprimer maintenant avec beaucoup de retenue », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Je ne dis pas que cette rencontre entre le chef de l’Etat et le président de la Cenco est un désaveu à leur égard, mais c’est comme si. Parce qu’au moment où certaines personnes prennent à parti de manière aussi brutale la Cenco, mais le président de la République la consulte toujours ».

Pour rappel, la Cenco appelle les Congolais à se mobiliser pour exiger l’application de l’Accord du 31 décembre 2016. Un appel qui fait suite aux dénonciations de l’Eglise sur une mise en œuvre de l'accord insignifiante, compromettant la tenue d'élections prévues à la fin de l'année.

L’Eglise considère que l'Accord politique du 31 décembre 2016 aurait dû épargner au pays l'aggravation de la situation. C’est pourquoi les évêques pointent du doigt la mauvaise foi prêtée à la Majorité présidentielle, comme lors de la nomination, catégoriquement rejetée par l'opposition, de Bruno Tshibala au poste de premier ministre, l'absence de nomination du président du Conseil national de suivi de l'Accord (CNSA) ou de publication d'un calendrier électoral avec la présidentielle supposée être organisée à fin 2017 ou encore l'enrôlement des électeurs qui s'effectue « avec une lenteur inquiétante ». « L'arrangement particulier qui devait être finalisé pour la mise en œuvre de cet accord a été vidé de sa substance par les engagements particuliers non inclusifs », avaient accusé les évêques. Des prises de position qui leur a valu la foudre de la part des acteurs et communicateurs de la Majorité présidentielle.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.

Facebook FanBox