A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

La glace est brisée

Écrit par LP le . Publié dans A la Une

La République démocratique du Congo n’a pas organisé les élections dans les délais constitutionnels en 2016. Officiellement, parce que l’Etat devrait mobiliser tous les moyens financiers nécessaires pour faire face prioritairement aux contraintes sécuritaires dans la partie Est du pays.

Les mêmes contraintes sécuritaires sont en train d’être érigées en véritable obstacle à la tenue d’élections en décembre 2017. Les opérations d’enrôlement des électeurs ont été interrompues dans les provinces du Kasaï à cause de l’activisme des mouvements insurrectionnels. Suite à plusieurs incidents graves, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a été contrainte de suspendre les opérations dans l’espace Kasaï en attendant que les forces de sécurité réussissent à y imposer la paix et la sécurité. Ce qui n’est toujours pas fait.

Or, on ne peut pas organiser ces élections sans la participation des provinces du Kasaï. Du coup, la fin des opérations d’enrôlement prévue initialement le 31 juillet 2017 n’est plus réaliste. Il faudra aller au-delà de cette échéance pour boucler l’enrôlement des électeurs. C’est pour toutes ces raisons que le président de la Céni, devant les partenaires extérieurs, a annoncé officiellement, vendredi dernier à Paris, l’impossibilité d’organiser la présidentielles, les législatives nationales et provinciales en décembre 2017.

La glace est ainsi brisée. C’est officiel, le délai dicté par l’Accord du 31 décembre 2016 ne sera pas tenu.  Décidément, la tenue d’élections démocratiques, crédibles, transparentes dans un climat apaisé reste toujours un projet hypothétique en RDC. Sur le chemin des élections, il y a tellement de contingences que leur réalisation demeure hasardeuse tant que la classe dirigeante manque un minimum de volonté politique.

La réalité est que tout est fait pour que les élections n’aient pas lieu. C’est la Majorité présidentielle qui dirige le pays. Il lui revient donc d’assurer la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national pour que les élections se tiennent. Or, la majorité au pouvoir multiplie des dilatoires pour empêcher la tenue d’élections de sorte que son autorité morale demeure indéfiniment locataire du Palais de la nation. Au final, le régime de Kinshasa devra assumer la responsabilité de ses turpitudes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....

Facebook FanBox