A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Fête de l’indépendance à Beijing : communion avec la communauté congolaise en Chine

Écrit par Cyprien Kapuku (Depuis Beijing) le . Publié dans Internationale

La communauté congolaise de la Chine a célébré, le vendredi 30 juin 2017, le 57èmeanniversaire de l’indépendance de la RDC. Une occasion pour l’ambassadeur de la RDC en Chine, Jean-Charles Okoto, de faire le point sur la situation politique au pays. Un oral qu’il a réussi devant les officiels chinois et un parterre de 300 diplomates, parmi les ambassadeurs et représentants des Organisations internationales accrédités à Pékin.

L’occasion était belle, en cette date de la célébration du 57èmeanniversaire de l’accession de la RDC à la souveraineté nationale et internationale, pour Jean-Charles Okoto Lolakombe de faire le point sur la situation générale du pays, en mettant l’accent sur la situation politique de l’heure.

Dans une salle de l’hôtel W, en plein centre de Pékin, Jean-Charles Okoto n’a pas raté l’occasion de porter très haut la voix de la République démocratique du Congo. «Les nouvelles de la RDC ne sont pas alarmantes comme les font croire certains médias étrangers et missions diplomatiques », a, d’entrée de jeu, fait savoir l’ambassadeur de la RDC en Chine, qui s’est lui-même chargé de revenir sur les péripéties ayant conduit à la situation politique actuelle en RDC, réfutant ainsi toute responsabilité du blocage de processus démocratique que l’on colle au pouvoir de Kinshasa.

Il en a pour preuve rappelé l’implication du président Joseph Kabila dans la signature de l’accord politique du 31 décembre 2016, suivi quelques mois plus tard par celle de l’arrangement particulier, le tout dans la perspective de l’organisation des élections générales en République démocratique du Congo.

Pour l’ambassadeur Charles Okoto, il n’est pas question d’enlever au chef de l’État son habit de « sauveur de la nation » à chaque fois que celle-ci se trouvait en danger.

Selon lui, c’est le leadership du président Kabila qui a permis la réunification du pays en acceptant de discuter avec les différentes factions rebelles, brisant en même temps l’isolement diplomatique dont souffrait la RDC.

Cerise sur le gâteau, Joseph Kabila offrira à la RDC ses premières élections démocratiques, organisées successivement en 2006 et 2011, a explicité l’ambassadeur congolais lors de son discours plusieurs fois interrompu par des acclamations et jeu de mouvement de tête de haut en bas, signe d’un discours qui a pénétré les esprits.

Dans la salle, quelques diplomates qui se sont exprimés sous le sceau de l’anonymat, ont affirmé avoir reçu des informations édifiantes et riches sur la situation de la RDC. Des déclarations qui n’attestent pas moins le grand oral réussi de l’ambassadeur congolais, autrefois ministre des Affaires étrangères.

30 juin : une date, un symbole

57 ans après son indépendance, la RDC reste écartelée entre l’idée d’affirmer sa souveraineté et les ingérences des puissances étrangères. Ainsi, a profité l’ambassadeur congolais qui présente le 30 juin à la fois comme une date et un symbole. Une date de l’accession de la RDC à sa souveraineté nationale et internationale et un symbole du couronnement de la lutte menée contre la puissance coloniale par les filles et fils du pays, dont Patrice-Emery Lumumba qui en a eu la paternité.

Mais très vite, regrette Jean-Charles Okoto, les espoirs de l’apprentissage démocratique suscités au lendemain de l’indépendance, se sont envolés par le coup d’État militaire de 1965, orchestré par le feu président Mobutu en complicité avec certaines puissances jusqu’à conduire à la mort de Père de l’indépendance, Patrice Emery Lumumba.

Ce coup d’État a été suivi par l’instauration d’un régime dictatorial long de 32 ans…Jusqu’à ce que M’Zée Laurent-Désiré Kabila viendra renverser ce régime et poser les jalons d’un système démocratique qui est en train d’être perpétué par l’actuelle président au pouvoir, a expliqué l’ambassadeur de la RDC en Chine, également ancien ambassadeur de la RDC en Afrique du Sud et en Ouganda.

Dans le cadre de la Coopération sino-congolaise, Jean-Charles Okoto a affirmé que les relations entre les deux pays sont au beau fixe et exemplaire dans plusieurs domaines. Sur ce point précis, le diplomate congolais a évoqué les trois accords d’une valeur de 200.000 USD, récemment signés entre la Chine et la RDC pour stopper la propagation de la fièvre hémorragique de virus Ebola déclaré dans la partie nord-est de la RDC. Aux dernières nouvelles, le ministre congolais de la Santé a officiellement déclaré la fin de cette maladie en RDC.

L’ambassadeur Okoto veut que la RDC s’inspire de l’exemple de la Chine, dont la révolution technologique lui vaut aujourd’hui une place de choix dans le monde.

C’est à cette occasion que le diplomate congolais a  appelé les investisseurs à venir explorer les multiples opportunités d’affaires en RDC, pays réputé « scandale géologique ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....