A la Une

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

E. Macron, défenseur de l’Afrique

E. Macron, défenseur de l’Afrique

Pour son premier discours sous l’étoffe de président de la France devant l’Assemblée générale des...

Bal de chauves

Bal de chauves

De Kananga, sortira-t-il quelque chose de bon ? La question vaut la peine d’être posée. En...

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Le forum pour la paix et le développement dans le Kasaï va s’ouvrir en présence du chef de l’Etat...

Imprimer

Mise en place du CNSA : Minaku préside la première réunion de prise de contact

Écrit par Pitshou Mulumba. Publié dans Online Dépêches

En l’absence de son homologue du Sénat, en déplacement en dehors du pays, le président de l’Assemblée nationale, a présidé hier lundi 3 juillet au Palais du peuple, une réunion qu’il a qualifiée de prise de contact pour la désignation du président du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA).

Il sera question de valider le mandat, de constater le consensus concernant le président du CNSA, de recevoir les noms de tous ceux qui vont faire partie du bureau, composante après composante, et d’enclencher le processus de rédaction du règlement intérieur provisoire du CNSA tel que cela est prescrit et par l’Accord du 31 décembre et par l’arrangement particulier, a fait savoir Aubin Minaku.

S’agissant de la conduite des travaux, le speaker de l’Assemblée nationale a indiqué qu’il s’agit d’un mandat conjoint (président de l’Assemblée nationale, président du Sénat) leur confié par le président de la République.

« Cette première réunion sera convoquée incessamment lorsque le président du Sénat retournera au pays. Pour le moment, il n’est pas sur le territoire national. Cependant, j’ai invité tous les délégués au CNSA pour une prise de contact afin qu’ils soient briffés sur les différents noms présentés par les différentes composantes. Nous avons aussi échangé sur la façon dont ils vont procéder. Là où il y a eu des interrogations sur la composition des différentes listes, nous avons acté les interrogations afin que le CNSA puisse démarrer en toute responsabilité et en toute quiétude parce qu’elle est une structure capitale pour les mois qui suivent. C'est la structure qui permettra en toute responsabilité, conjointement avec le gouvernement et la Céni, de mettre à la disposition du peuple, un calendrier électoral tenant compte de tous les paramètres. Les paramètres d’ordre constitutionnel, d’ordre juridique, technique et logistique. C’est avec cette structure que nous allons au-delà des débats croisés, nous pourrions disposer d’un calendrier électoral », a-t-il déclaré.

A ce rendez-vous boycotté par le Rassemblement sous la houlette du tandem Félix Tshisekedi- Pierre Lumbi, les délégués de la MP, de la dissidence du Rassemblement, du Front pour le Respect de la Constitution et d’autres composantes de la Société civile ont répondu présents dans la salle des banquets du Palais du peuple.

« Nous souhaitons que toutes les composantes qui font parties prenantes de l’Accord du 31 décembre soient membres du CNSA. L’autre aile du Rassemblement dispose de six postes au CNSA. Et donc, je ne peux que souhaiter vivement qu’un bon jour, et très rapidement, le Rassemblement-Limete puisse désigner ses représentants. Parce que finalement l’objectif essentiel, au-delà de la paix et de l’unité nationale, c’est d’organiser les élections dans un délai responsable, pas dans un délai populiste. Le délai doit être responsable conformément à l’esprit et à la lettre de l’Accord », a-t-il conclu.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le partenariat entre la Gécamines et bon nombre d’entreprises minières étrangères alimente le débat. Cette entreprise minière de l’Etat compte remettre de l’ordre dans la boutique.