A la Une

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

E. Macron, défenseur de l’Afrique

E. Macron, défenseur de l’Afrique

Pour son premier discours sous l’étoffe de président de la France devant l’Assemblée générale des...

Bal de chauves

Bal de chauves

De Kananga, sortira-t-il quelque chose de bon ? La question vaut la peine d’être posée. En...

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Le forum pour la paix et le développement dans le Kasaï va s’ouvrir en présence du chef de l’Etat...

Imprimer

Kasaï : la Monusco invite les populations de Luebo à regagner la cité

Écrit par Hervé Ntumba.

Une équipe de la Mission de l’organisation des Nations pour la stabilisation du Congo (Monusco) a conduit, le 24 juin 2017, en partenariat avec le gouvernement provincial du Kasaï, une mission de terrain à Luebo. Cela, en vue d’inviter la population qui avait fui les incursions de la présumée milice Kamuina Nsapu à regagner le village, renseigne le communiqué de la Monusco.

Préoccupé, le gouverneur Marc Manyanga a sollicité le soutien de la Monusco pour se rendre à Luebo, chef-lieu du territoire de même nom, situé à environ 200 km de Kananga et 180 km de Tshikapa, afin de motiver la population pour que les personnes qui se cachent encore en brousse regagnent le village.

 

Dans cette optique, il a voulu montrer que Luebo est maintenant sécurisé par les FARDC. De ce fait, il a encouragé la population à faire confiance aux soldats loyalistes et ne plus craindre les attaques des miliciens. Raison pour laquelle il a chaleureusement remercié la Monusco pour le partenariat fructueux avec sa province pour le retour et le maintien de la paix, en demandant à la population de privilégier la réconciliation.

 

Quant aux autorités provinciales, ce retour au calme permettra l’organisation des examens de fin d’année, l’inauguration de deux centres de santé et la réhabilitation de plusieurs ponts afin de désenclaver certaines localités des cinq territoires du Kasaï pour les relier à Tshikapa.

 

Une formation pour la PNC

 

Dans un autre registre, à l’Est du pays, une vingtaine d’agents commis à la sécurité des prisons du Nord-Kivu, prennent part depuis le 26 juin à Goma, à une formation sur le plan de contingence de sécurité des prisons. L’activité est organisée par la Monusco à travers sa section « Appui à la justice et à l’administration pénitentiaire ».

 

Cette formation concerne des militaires, des éléments de la Police nationale congolaise (PNC) et des surveillants des prisons. Ce plan de contingence répond à une préoccupation, notamment les nombreuses évasions des détenus de certaines prisons du Nord-Kivu ces derniers mois.

 

Dans la même lancée, la Monusco et OCHA s’engagent à soutenir le service de protection civile du gouvernement provincial de Goma pour organiser une simulation d’évacuation des populations d’un quartier de la ville cette semaine.

 

Cet engagement s’inscrit dans le cadre du plan de contingence du gouvernement en cas d’éruption volcanique.

 

Par ailleurs, le 26 juin 2017, une session de recyclage thématique en police de proximité s’est ouverte à Mbandaka au profit de 25 agents de la PNC parmi lesquelles trois femmes y ont participé. Cette session durera 5 jours et sera animée par deux formateurs, dont l’un de la Police des Nations unies (UNPOL) et l’autre de la PNC.

 

Le même jour à l’Ecole de police de Kassapa à Lubumbashi, 215 agents de l’ordre ont poursuivi une formation sur la police de proximité. À préciser que le 28 juin, 300 éléments de la police des Nations Unies (UNPOL), ont participé au lancement officiel de la formation anti-émeute à l’Ecole de police de Kasangulu, dans le Kongo Central.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le partenariat entre la Gécamines et bon nombre d’entreprises minières étrangères alimente le débat. Cette entreprise minière de l’Etat compte remettre de l’ordre dans la boutique.