A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

Félix Tshisekedi sur Tv5 : « S’il n’y a pas élections avant le 31 décembre, on ne donnera pas un jour de plus à Joseph Kabila »

Écrit par P.M. Publié dans A la Une

C’est un Félix Tshisekedi très offensif et plus que déterminé, qui a pris la parole samedi 17 juin soir sur le plateau de la chaine française Tv5.

Pour sa première grande interview depuis la mort de son père, Etienne Tshisekedi, le 1er février 2017, Félix Tshisekedi s’est montré constant et persuasif sur le fait que la disparition de son père n’a pas déstabilisé le Rassemblement qui, du reste, est concentré pour affronter la marche qui reste à parcourir d’ici au 31 décembre, date censée être celle de la tenue des élections, selon l’Accord de la Saint-Sylvestre.

« Il n’y a pas eu beaucoup de défections. Ce sont quelques individus qui sont partis. Le Rassemblement, c’est dix plateformes et elles sont bien en place ». Voilà pour les départs des frondeurs qui ont alimenté l’actualité de la coalition ces derniers mois.

Vient alors la question de la stratégie du Rassemblement pour affronter la marche qui reste à parcourir d’ici au 31 décembre, la date censée être celle de la tenue des élections, selon l’Accord de la Saint-Sylvestre. Alors que tous les signaux et l’insécurité grandissante dans le pays indiquent un possible report. Une situation dont le responsable est connu. Félix Tshisekedi le cible :« C’est Joseph Kabila qui est responsable de ce pourrissement. Au Kasaï, c’est le début d’un génocide. Il y a des massacres. C’est la politique de la terre brulée. Et vous allez voir qu’après le Kasaï, ça va s’étendre dans le Bas-Congo », accuse le chef de file du Rassemblement en pointant du doigt des milices pro Ne Mwanda Nsemi qui s’apprêteraient, selon lui, à mettre le chaos dans cette province.

Un « désordre » bien calculé, à en croire Félix Tshisekedi, qui en sait même, un peu plus, sur ce qu’il a qualifié de trois scenarii de la stratégie du chef de l’État pour conserver le pouvoir : le référendum, le chaos et un scenario à la Poutine, a-t-il révélé.

Face à ce défi, le Rassemblement se donne rendez-vous à son prochain conclave sur lequel il compte s’appuyer pour remobiliser ses troupes. « Pour le moment l’idée, c’est de mettre fin à la barbarie du régime de Joseph Kabila et d’aller aux élections avant le 31 décembre 2017. Si ce n’est pas le cas, ça sera fini pour monsieur Kabila, à qui on ne donnera pas un jour de plus », a prévenu le patron du Rassemblement qui a répété que la population, selon lui, était mobilisée et qu’elle n’attendait que le mot d’ordre.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est le gouverneur intérimaire du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda, qui a déclaré officiellement l’épidémie de choléra dans sa province. Deux décès sont enregistrés jusque-là. Un comité de crise a été mis...

Facebook FanBox