A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

CPI : Bosco Ntaganda présente ses moyens de défense le 14 juin

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa le . Publié dans Faits divers

 

L’ancien seigneur de guerre pourrait écoper d'une peine allant jusqu'à trente ans d'emprisonnement ou la réclusion à perpétuité.

 

Le mercredi 14 juin 2017, Bosco Ntaganda devra prendre la parole devant la Cour pénale internationale (CPI). Cela, près de deux ans après l'ouverture du procès de cet ancien chef de guerre congolais. Il sera le premier à s'exprimer pour sa défense.

Après soixante-quatre jours d'audience consacrés à l'accusation, l’accusé pourra ainsi raconter sa version des faits et son histoire. Ntaganda s'était seulement expliqué jusqu'à présent en plaidant non coupable, jurant n'être qu'un « soldat, pas un criminel ».

Il ne cessait de se plaindre dans sa langue natale, le kinyarwanda, au deuxième jour de son procès en septembre 2015 : « Je suis décrit comme le ‘’Terminator’’, comme un célèbre tueur, mais cela n'est pas moi ».

Bosco Ntaganda, 43 ans, est accusé de treize crimes de guerre et cinq crimes contre l'humanité, dont les meurtres, pillages, attaques contre des civils, viols et esclavage sexuel, commis par ses troupes en 2002-2003 en Ituri, dans le Nord-est de la RDC. L'accusé était chef adjoint de l'état-major général des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC). De la tribu hema, ce bras armé de l'Union des patriotes congolais (UPC) combattait principalement des milices lendu pour le contrôle de cette région aux nombreuses mines d'or.

« Cette affaire concerne la violence qui a décimé l'Ituri », avait déclaré la procureure Fatou Bensouda devant la Cour à La Haye. Selon elle, Bosco Ntaganda « était un des commandants les plus importants » dans des crimes « ethniques » qui ont engendré la mort de 60 000 personnes. Les attaques des FPLC laissaient derrière elles des corps « ligotés au niveau des bras », « en sous-vêtements », « éventrés », « les têtes écrasées par des pilons », avait rapporté un témoin.

Grand, teint clair, et connu pour avoir la gâchette facile, le chef de guerre aurait donné les ordres, planifié et programmé les opérations, coordonné la logistique et fourni les armes. Il aurait aussi "recruté personnellement des enfants", selon Nicole Samson, représentante du bureau de la procureure.

Des enfants innocents utilisés aux combats

Des « kadogo (Ndlr : jeunes en swahili) », filles et garçons, qu'il choisissait pour son escorte personnelle et qu'il habillait et armait pour le combat, une fois leur entraînement militaire terminé. « Obéissants, ils n'exigeaient rien, ils ne connaissaient pas la peur », a-t-elle affirmé à l'audience. « Il était facile d'exploiter leur innocence ».

Les jeunes filles devenaient « épouses de commandants », a souligné Sarah Pellet, représentante légale de 283 enfants-soldats, « maintenues en esclavage sexuel ou simplement données en pâture aux membres de la milice ». Ramenée de force dans un camp, une fillette de onze ans raconte. « Je faisais tout : le ménage, je préparais à manger, nettoyais leurs tenues. Ils m'ont violée. (...) J'avais mal partout dans mon corps ».

L'accusation a présenté jusqu'au 16 février 71 témoins, 1 300 documents et onze témoins-experts comme éléments de preuves. Durant le procès, la procureure a également accusé Bosco Ntaganda de subornation de témoins et, face à ces inquiétudes, des restrictions ont été imposées sur son accès à l'extérieur.

Pour protester contre ces mesures, l'accusé avait observé en septembre une grève de la faim de deux semaines, se disant "prêt à mourir". Car dans cette affaire, « tout reste à prouver », assure son avocat Stéphane Bourgon. Avec 109 témoins et quatre experts appelés devant la Cour, la défense veut combattre la réputation de son client : celle d'un chef de guerre opportuniste et sans pitié au sein des rébellions où il a successivement évolué. Du génocide des Tutsi au Rwanda (1994) au Mouvement du 23 Mars (M23) au Nord-Kivu.

Ce sont des dissensions accompagnées de combats au cœur du M23 qui l'avaient contraint à fuir et à se réfugier à l'ambassade des États-Unis à Kigali. Là, il avait demandé son transfert à la CPI en mars 2013. S'il est jugé coupable, Bosco Ntaganda pourrait écoper d'une peine allant jusqu'à trente ans d'emprisonnement ou la réclusion à perpétuité.

En deux décennies, les conflits dans le Nord-est congolais riche en minerais ont impliqué les armées d'au moins six nations africaines et causé la mort de trois millions de personnes, selon des ONG.

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....