A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Evasion de trois condamnés à la prison de Kikwit : huit militaires mis aux arrêts

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa le . Publié dans Faits divers

Dans la province du Kwilu, Huit militaires, dont deux officiers supérieurs de la 11ème  Région militaire, ont été arrêtés le samedi 3 juin 2016 suite de l’évasion de trois condamnés à mort du cachot militaire du camp Colonel Ebeya à Kikwit, rapporte Radio Okapi. Ces évadés, condamnés à mort le 31 mai par la Cour militaire de Bandundu pour vols à mains armées, se sont évadés sans que les portes du cachot ne soient ni cassées ni forcées.

 

Parmi les officiers supérieurs arrêtés, figurent le premier substitut de l’Auditorat militaire supérieur de Bandundu, le colonel Matoka Ndonga, et le commandant de la police militaire, le major Kalala Mulonga Carlos.

L’officier de garde ainsi que les militaires commis à la garde du cachot lorsque l’évasion a eu lieu, ont également été arrêtés et mis à la disposition de l’Auditorat militaire.

Comme souligné plus haut, la Cour militaire de Bandundu avait condamné le mercredi 31 mai huit bandits à main armée à la peine de mort, à Kikwit dans la province du Kwilu. Parmi ces condamnés, il y a le colonel Bakena Batungila Trésor alias « Mal à l’aise », commandant second de la Police nationale congolaise (PNC) de Kitshanga au Nord-Kivu.

Ces individus étaient poursuivis pour association de malfaiteurs, vols à main armée, violation de consigne, détention illégale d’armes et munitions de guerre. Ils avaient été arrêtés à la mission catholique Ngondi des Pères de la Société du verbe divin où ils avaient cambriolé le couvent des prêtres.

La Cour militaire a aussi condamné à 8 mois de servitude pénale principale le commandant second urbain Kamonia  et le commissaire supérieur adjoint Nsanga wa Nsana et le sous-commissaire adjoint Ntumba Kalombo pour violation de consignes et à 150.000 Fc des frais de justice.

 

Des véhicules volés à Kinshasa

La ville de Kikwit est devenue un véritable fief du banditisme. À titre illustratif, les services des renseignements des Forces armées de la République démocratique du Congo y ont déjà récupéré quatre voitures volées à Kinshasa durant l’année 2016. C’est qu’avait annoncé le lundi 9 janvier 2017 le commandant de la 11ème Région militaire, le général Dieudonné Mutupeke. À cette occasion, il avait mis en garde tout habitant de Kikwit qui serait impliqué dans cette pratique.

Au total, quatre véhicules volés à Kinshasa en 2016 ont été retrouvés et restituées à leurs propriétaires, invités sur place à Kikwit. La restitution s’était passée sans condition. Le dernier véhicule en date était une voiture 4x4 Prado volée le 19 décembre 2016 par un agent du service de gardiennage de la Compagnie Tigres Force Security, commis à une résidence sur l’avenue de la Rivière dans la commune de la Gombe. Grace à la vigilance de ces services militaires, le véhicule a été retrouvé.

Invité à Kikwit, l’inspecteur de Tigres Force Security, Jean Lumamba, ainsi qu’un membre de la famille du propriétaire de la voiture, Dr Fabrice Ilunga, avaient bien reconnu le voleur et le véhicule.

Dr Fabrice Ilunga avait exprimé sa joie d’avoir retrouvé cette voiture à plus de 525 Km de Kinshasa : « C’est le service de sécurité qui nous a contactés pour nous dire qu’il y avait une de nos voitures volées. J’ai récupéré  notre voiture sans rien dépenser ».

Le général Dieudonné Mutupeke, commandant de la 11ème

 

Région militaire, avait demandé aux habitants de la ville de Kikwit de ne pas favoriser ces vols de véhicules et de s’abstenir de les acheter pour ne pas être poursuivis pour recel. Plus de cinq voitures communément appelées «Ketch» sans plaque d’immatriculation ont été saisies et entreposées à la Région militaire pour raisons d’enquête.

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...