A la Une

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Peine perdue

Peine perdue

L’opinion assiste, depuis quelques jours, à des « rumeurs » faisant état d’un possible...

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

La Banque centrale du Congo a initié des négociations avec les changeurs de monnaies,...

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

L’assassinat en mars dernier de deux experts des Nations unies dans le Kasaï reste d’actualité....

Tôt ou tard

Tôt ou tard

Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard....

Imprimer

Mauvaise augure

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

La République démocratique du Congo passe un sale temps qui suscite des interrogations multiples. Que se passe-t-il au juste ? Comment identifier les problèmes ? Et les solutions durables, d’où viendront-elles ? D’aucuns pensent qu’en répondant correctement à ces questions, les gouvernants peuvent bien orienter le lendemain des Congolais.

 

Comment expliquer qu’une prison centrale, la forteresse la plus sécurisée du pays, soit attaquée par un groupe d’individus, organisé soit-il ? A quel niveau de commandement le problème s’est-il posé ? Franchement, les Congolais ont difficile à croire à ce que d’aucuns qualifient de « scénario mal conçu ».

Si le verrou du Centre pénitentiaire de Makala,  arrive à sauter du fait d’un petit groupe d’individus, il y a de quoi s’inquiéter pour la sécurité des citoyens et du pays.

Hélas ! Des individus qui prennent le temps de passer toutes les barrières de la prison jusqu’à casser les entrées de différents pavillons sans être inquiétés par des renforts militaires, alors que le camp colonel Kokolo se trouve à moins de 5 kilomètres de la forteresse saccagée, dépasse tout entendement. Des responsabilités doivent être établies.

Déjà, il faut épingler que pour des raisons purement stratégiques, une prison centrale ne peut être construite en pleine ville. Ne serait-ce que pour des raisons de sécurité, une prison centrale doit se retrouver à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville, sinon dans la périphérie. Des spécialistes ajoutent qu’en cas d’évasion – dans l’hypothèse où la prison était construite loin de la ville – les évadés auraient de la peine à retrouver de domicile de refuge sans que les forces de sécurités s’en aperçoivent. Dans des pays normaux, des démissions devaient pleuvoir au lendemain de cette évasion spectaculaire signalée  à la prison de Makala.

Malheureusement, en RDC, le mot « démission » ne préoccupe guère les gouvernants. Ils préfèrent faire des déclarations dans les médias, avançant parfois des arguments incohérents, pour montrer au chef qu’ils travaillent.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les relations entre l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN) et le gouvernement Tshibala ne prêtent désormais à aucune équivoque. Cela après les négociations entre les...

Facebook FanBox