A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Evasion massive à la prison de Makala à Kinshasa

Écrit par Sammy Mupfuni (Afriqueactualite.com). Publié dans Online Dépêches

Evasion d'une cinquantaine de prisonniers dangereux de la prison de Makala. Elle a été attaquée par des hommes armés de la secte Bundu dia Kongo pour libérer leur chef.

C'est à partir de 4 h du matin, ce mercredi que des tirs nourris se faisaient entendre dans la commune de Bumbu où est situé la prison centrale de Makala. Il s'agissait d'un échange entre les forces de l'ordre et un groupe d'hommes armés venus attaquer la prison.

Plusieurs prisonniers au moins une cinquantaine sont parvenus à s'évader, malgré le déploiement d'éléments de force de l'ordre envoyés en renfort. Des sources sur place parlent d'un mort (une détenue) et des blessés suite à l'attaque.

Les autorités accusent les miliciens de la secte Bundu dia Kongo venus libérer leur leader Ne muanda Nsemi, en arrestation depuis le 03 mars dernier. Selon Alexi Ntambwe Mwamba, ministre congolais de la Justice qui s'est exprimé sur Top Congo (une station de radio locale) les assaillants ont bien été identifiés. << Des miliciens de Bundu dia Kongo ont attaqué la prison centrale vers 4 heures du matin pour libérer leur chef. Ne muanda Nsemi est en fuite mais nous ne tarderons pas à mettre la main dessus. >>

Aucune autorité ne confirme jusque-là la fuite du prisonnier Eddy Kapende principal accusé dans l'assassinat de feu président Laurent Désiré Kabila, une évasion pourtant annoncée par certaines sources.

Les forces de l'ordre prennent le contrôle de la situation

Selon les autorités congolaises, la situation a vite été maîtrisée par les forces de l'ordre bien que le bilan définitif ne soit pas encore défini. << La situation est sous contrôle. Des éléments des forces de l'ordre envoyés en renfort viennent d'entrer dans la prison où le chef des opérations de la police sur place a été pris à parti par les miliciens Bundu dia Kongo, >> a rassuré le ministre de la Justice Alexis Ntambwe Muamba.

Selon le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, la police recherche les évadés dont le plus emblématique est Nemuanda Nsemi.

 

Le député national Ne Muanda Nsemi et son épouse avaient été capturés par la police le vendredi 3 mars 2017. Quatre personnes étaient mortes au cours de l'assaut, selon le bilan officiel. Le chef spirituel de la secte politico-religieuse Bundu Dia Kongo(BDK), est poursuivi par le ministère public pour offense envers le chef de l'Etat, incitation à la haine tribale, provocation à la désobéissance civile, organisation de groupes terroristes, détention illégale d'armes et munitions de guerre, meurtres, incendie criminel, destruction méchante, ainsi que pour incitation à la révolte.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.