A la Une

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Luanda persiste…

Luanda persiste…

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RDC a séjourné vendredi et...

Assassinat des experts onusiens : imminence des audiences publiques

Assassinat des experts onusiens : imminence des audiences publiques

La vérité pourrait éclater au grand jour avec les audiences publiques qui vont incessamment...

Pacification de la RDC, du Burundi et de la RCA: L’Angola veut aller vite

Pacification de la RDC, du Burundi et de la RCA: L’Angola veut aller vite

Le nouveau shérif de l’Afrique centrale intronisé par les Etats-Unis et des pays de la...

Sortie de crise en RDC : Washington se rapproche de Luanda

Sortie de crise en RDC : Washington se rapproche de Luanda

C’est peut-être sur l’axe Washington et Luanda que pourrait bien se dénouer la crise politique...

Imprimer

RDC: Une mission conjointe à Likati pour évaluer l’épidémie à virus Ebola

Écrit par Stanislas Ntambwe. Publié dans Online Dépêches

Cette première visite des officiels consiste à faire une évaluation rapide en vue d’isoler les malades, leur fournir des soins appropriés et limiter les risques de propagation du très mortel virus à Ebola.

 

Le ministre congolais de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga et le Dr Allarangar Yokouidé, représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en République démocratique du Congo (RDC), effectuent du 17 au 18 mai 2017, une première visite d’évaluation de l’épidémie d’Ebola qui s’est déclarée à Nambwa, épicentre de la maladie, dans la zone de santé de Likati, Province du Bas-Uélé (Nord de la RDC).

Ce premier voyage des officiels avec le vol UNHAS négocié par l’OMS pour un total de 90 heures (400.000 USD), va permettre à la délégation de faire une évaluation rapide de l’épidémie de la maladie à virus Ebola (MVE) qui a été officiellement déclarée par les autorités le 12 mai 2017.

Réponse coordonnée et rapide

Les deux autorités se font accompagner d’une dizaine d’experts de l’OMS et Médecins sans frontières (MSF). L’équipe est constituée des épidémiologistes, logisticiens, Communicateurs, psychologues, gestionnaires des données etc. Deux laboratoires mobiles de l’Institut national de recherche biomédicale (IRNB) ont été déployés à Nambwa, pour faciliter les diagnostics rapides sur le terrain et l’arrivée de plusieurs experts.

Selon le communiqué de l’OMS rendu public, mardi 17 mai, 7 logisticiens de l’OMS seront dans la zone pour gérer les trois bases logistiques au niveau de trois axes : Buta, Likati et Nambwa. Ainsi, l’OMS et ses partenaires montent en puissance avec un dispositif d’une réponse coordonnée et rapide. Cette Organisation annonce l’installation par MSF, dans les prochaines 48 ou 72 heures, d’un Centre de traitement Ebola (CTE) en vue d’isoler les malades et leur fournir des soins appropriés et limiter les risques de propagation du très mortel virus à Ebola.

« Nous plaçons cette première visite de terrain sous le signe de la solidarité et de la compassion avec les populations affectées de Likati par ce énième épisode de la maladie à virus Ebola en RDC. Nous appelons à plus de solidarité de la communauté internationale pour aider la RDC à endiguer en urgence cette épidémie car le pays fait déjà face à une autre crise humanitaire dans le centre du pays » [NDRL : dans les Kasaï], a indiqué le Dr Allarangar Yokouidé.

Agenda

A Buta, Chef-lieu de la province, la délégation va s’entretenir avec les autorités politiques, administratives, les forces vives, les leaders communautaires et les chefs des confessions religieuses pour une action forte de mobilisation sociale. Puis, un pont aérien sera mis en œuvre grâce à un hélicoptère de l’UNHAS qui prendra une dizaine de personnes à bord pour rejoindre Likati, à une centaine de Kilomètre de la principale ville provinciale.

« L’objectif est de désenclaver la zone touchée par l’épidémie tout en facilitant le déploiement des équipes, équipements et matériels de ces deux laboratoires mobiles en toute sécurité, et permettre aux officiels de voir ce qui se passe réellement sur le terrain », a expliqué pour sa part Jean-Pierre Veyrenche, logisticien de l’OMS. Il a précisé que d’autres vols du même type sont programmés dès la semaine prochaine avec l’appui financier de l’OMS pour répondre aux autres besoins urgents, et poursuivre le déploiement progressif des différents partenaires opérationnels.

8 millions Usd

Lundi 15 mai, le Ministère congolais de la Santé Publique a, avec l’appui de ses partenaires, produit un plan national de réponse à l’épidémie chiffré à plus de 8 millions de dollars américains et couvrant les différents domaines d’intervention.

Il s’agit entre autres de la coordination de la réponse multisectorielle à travers les comités de lutte contre l’épidémie ; renforcement de la surveillance, la recherche active des cas et le suivi des contacts ; la mise en application stricte des mesures d’hygiène et de biosécurité dans les formations sanitaires et les communautés locales ; la prise en charge médicale des malades et des cas suspects ; renforcement des capacités de diagnostic des laboratoires mobiles ; l’appui significatif aux activités de la communication du risque, de la mobilisation sociale et de l’engagement communautaire etc.

Par ailleurs, à la date du 16 mai 2017, la mise à jour de la situation épidémiologique donne un total cumulé de 21 cas suspects avec 3 décès (taux de létalité : 15%). L’aire de santé de Nambwa est celle qui a notifié les premiers cas en grand nombre avec 13 cas dont 2 décès (taux de létalité : 16%).

 

Plus de 400 contacts répartis dans les quatre aires de santé : Azande, Nambwa, Ngayi et Muna sont suivis avec l’aide des relais communautaires pour s’assurer qu’ils ne vont pas développer la maladie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Depuis la décision d’un groupe de députés provinciaux de l’Équateur de déchoir le gouverneur de leur province, des voix s’élèvent pour dénoncer les dilatoires visant à nuire à certaines autorités...