A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Ecosystèmes du Bassin du Congo : les partenaires invités à pérenniser les acquis

Écrit par Hervé Ntumba le . Publié dans Economie

En vue de  préserver  l’écosystème dans le Bassin du Congo, les experts de l’environnement de l’Afrique centrale ont partagé leurs expériences sur l’exécution du Programme d’appui des écosystèmes du Bassin du Congo.

Les partenaires du Programme d’appui des écosystèmes du Bassin du Congo (Pacebco), principalement la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) et la Banque africaine de développement (BAD), sont invités à pérenniser les résultats déjà enregistrés dans le cadre de ce programme. C’est l’une des recommandations formulées à la clôture de l’atelier de capitalisation des résultats et acquis du Programme d’appui des écosystèmes du Bassin du Congo (Pacebco), le vendredi 12 mai à Kinshasa. Le salon Bonobo de Venus Hôtel dans la commune de Gombe (Kinshasa), a servi de cadre à l’organisation de cet atelier de trois jours.

Ouvert mercredi 10 mai, cet atelier axé sur la capitalisation des résultats et acquis du Pacebco avait pour objectif principal de partager des connaissances acquises accumulées tout au long de la mise en œuvre du Pacebco. Ce, en vue de tirer les enseignements et les leçons utiles pouvant contribuer à une meilleure mise en œuvre d’autres programmes actuels et futurs ou à celle des organisations partenaires de la sous-région.

Une première expérience en Afrique centrale

Dans son allocution de circonstance, le représentant du ministre de l’Environnement a salué la volonté de la Banque africaine de développement (BAD) pour avoir exécuté ce programme. Car, ce dernier est une première expérience pour l’Afrique centrale et pour la BAD. Dans le même ordre, a-t-il expliqué, ce vaste programme a permis la construction des forages à Bayanga, le bureau de l’antenne locale et des écoles. L’octroi des bourses d’études aux étudiants constitue l’un des résultats réalisés par ce vaste programme. Raison pour laquelle, le représentant du ministre de l’Environnement a invité de différents acteurs de la sous-région dans le domaine de l’environnement à la pérennisation de ce programme.

Dans le même ordre, le Pacebco s’est assigné l’objectif d’assurer la régénération des écosystèmes, améliorer les conditions de vie des populations et renforcer les capacités des institutions en charge de la gestion des écosystèmes dans la sous-région.

Pour sa part, le coordonnateur du Pacebco a fait savoir que ce programme est une valeur ajoutée dans la mise en œuvre des politiques nationales en matière de conservation et de gestion durable des écosystèmes dans le Bassin du Congo, avant de remercier tous les participants. Il a salué les efforts et la volonté de la BAD et de la CEEAC pour s’être impliquées dans le financement dudit programme.

Entre autres réalisations du Pacebco dans la sous-région, l’on note la dotation des équipements des éco-gardes aux administrations en charge de 14 aires protégées pour renforcer la lutte anti-braconnage et le suivi écologique dans les parcs nationaux. Il faut également mentionner la construction de neuf centres multifonctionnels pour les appuis aux communautés locales en matière de conservation et développement rural.

Le Pacebco est une réponse de la BAD aux préoccupations exprimées par les chefs d’Etats lors du Sommet de Brazzaville en 2005, quant à la mise en œuvre du plan de convergence de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac) qu’ils venaient d’adopter. Lancé à Kinshasa en 2009, il est à noter que  ce programme contribue à la mise en œuvre des axes stratégiques du plan de convergence de la Comifac et à la mise en œuvre de la politique générale de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) en matière d’environnement et de gestion des ressources naturelles.

En outre, le Pacebco couvre les dix pays membres de la Comifac que sont notamment le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République démocratique du Congo, le Rwanda, Sao Tomé et le Tchad. Et il intervient dans douze paysages écologiques du Bassin du Congo, à savoir le paysage Tri nationale de la Sangha (Cameroun, RCA, Congo) ; le paysage des Virunga (RDC, Rwanda) ; le paysage Maringa-Lopori-Wamba (RDC) ; le paysage Maiko-Tayna-Kahuzi Biega (RDC) ; le paysage Monte Alen-Monts de Cristal (Gabon, Guinée Equatoriale) ; le paysage Lac Télé-Lac Tumba (RDC, Congo).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....