A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Une libération virtuelle

Écrit par LP le . Publié dans A la Une

17 mai 1997-17 mai 2017, il y a 20 ans, jour pour jour, depuis que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) s’est débarrassée de Mobutu, qui incarnait le « mal zaïrois ». Vingt ans de gâchis démocratique !

Les « libérateurs », qui n’étaient qu’un conglomérat d’aventuriers et d’opportunistes, pour reprendre l’expression de M’zée, se sont mués en dictateurs. Les ex-Zaïrois, qui croyaient être libérés de la tyrannie, ont vite déchanté. Les activités des partis politiques sont suspendues ; l’autoritarisme est revenu au galop, la boulimie du pouvoir aidant.

En 2001, le fils succède au père. Après cinq années d’atermoiements, des élections sont organisées en 2006, puis en 2011. Hélas ! Tricherie et fraude massive sont au rendez-vous.

Quoi qu’imparfaits, les deux cycles électoraux de 2006 et 2011 ont redonné de l’espoir à tout un peuple. En 2016, le troisième cycle devrait inaugurer l’alternance démocratique au sommet de l’Etat. Malheureusement, il n’en a pas été ainsi. La machine a grippé – la majorité au pouvoir ayant refusé de se plier au jeu démocratique.

Aujourd’hui, vingt ans après Mobutu, la libération ‘‘afdlienne’’ reste une illusion. Le peuple congolais est toujours en captivité. Tout se passe comme si le 17 mai n’a été qu’un accident malheureux de l’histoire que tous voudraient vite oublier.

Il y a 20 ans Mobutu est parti. Quoi que mort, enterré loin de sa terre natale, Mobutu revit par ses méthodes qui ont refait surface dans la gestion de la chose publique.

Après deux décennies de passage à vide démocratique, le bout du tunnel est encore loin. La libération, demeure une chimère. Elle est encore virtuelle. Tôt ou tard, le peuple opprimé prendra le dessus sur tous ceux qui confisquent son bien-être.

20 ans après, la date du 17 mai reste un cauchemar pour un peuple qui rêve d’une liberté qui lui est confisquée au jour le jour.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête,...

Facebook FanBox