A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Une libération virtuelle

Écrit par LP. Publié dans A la Une

17 mai 1997-17 mai 2017, il y a 20 ans, jour pour jour, depuis que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) s’est débarrassée de Mobutu, qui incarnait le « mal zaïrois ». Vingt ans de gâchis démocratique !

Les « libérateurs », qui n’étaient qu’un conglomérat d’aventuriers et d’opportunistes, pour reprendre l’expression de M’zée, se sont mués en dictateurs. Les ex-Zaïrois, qui croyaient être libérés de la tyrannie, ont vite déchanté. Les activités des partis politiques sont suspendues ; l’autoritarisme est revenu au galop, la boulimie du pouvoir aidant.

En 2001, le fils succède au père. Après cinq années d’atermoiements, des élections sont organisées en 2006, puis en 2011. Hélas ! Tricherie et fraude massive sont au rendez-vous.

Quoi qu’imparfaits, les deux cycles électoraux de 2006 et 2011 ont redonné de l’espoir à tout un peuple. En 2016, le troisième cycle devrait inaugurer l’alternance démocratique au sommet de l’Etat. Malheureusement, il n’en a pas été ainsi. La machine a grippé – la majorité au pouvoir ayant refusé de se plier au jeu démocratique.

Aujourd’hui, vingt ans après Mobutu, la libération ‘‘afdlienne’’ reste une illusion. Le peuple congolais est toujours en captivité. Tout se passe comme si le 17 mai n’a été qu’un accident malheureux de l’histoire que tous voudraient vite oublier.

Il y a 20 ans Mobutu est parti. Quoi que mort, enterré loin de sa terre natale, Mobutu revit par ses méthodes qui ont refait surface dans la gestion de la chose publique.

Après deux décennies de passage à vide démocratique, le bout du tunnel est encore loin. La libération, demeure une chimère. Elle est encore virtuelle. Tôt ou tard, le peuple opprimé prendra le dessus sur tous ceux qui confisquent son bien-être.

20 ans après, la date du 17 mai reste un cauchemar pour un peuple qui rêve d’une liberté qui lui est confisquée au jour le jour.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.

Facebook FanBox