A la Une

Devant l’assemblée générale des Nations unies: Joseph Kabila égal à lui-même

Devant l’assemblée générale des Nations unies: Joseph Kabila égal à lui-même

Comme prévu, le chef de l’État, Joseph Kabila, s’est adressé samedi dernier à l’Assemblée...

Joseph Kabila à l'ONU: Du déjà entendu

Joseph Kabila à l'ONU: Du déjà entendu

Le président de la République s’est exprimé, le samedi 23 septembre, à New York à la 72ème...

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Le torchon brûle entre la société Dispromalt, spécialisée dans l’affichage publicitaire, et le...

Les humeurs

Les humeurs

On ne cessera jamais de le dénoncer. La gestion opaque des deniers publics reste une...

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Après Kananga où il a inauguré mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans...

Imprimer

Une libération virtuelle

Écrit par LP le . Publié dans A la Une

17 mai 1997-17 mai 2017, il y a 20 ans, jour pour jour, depuis que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) s’est débarrassée de Mobutu, qui incarnait le « mal zaïrois ». Vingt ans de gâchis démocratique !

Les « libérateurs », qui n’étaient qu’un conglomérat d’aventuriers et d’opportunistes, pour reprendre l’expression de M’zée, se sont mués en dictateurs. Les ex-Zaïrois, qui croyaient être libérés de la tyrannie, ont vite déchanté. Les activités des partis politiques sont suspendues ; l’autoritarisme est revenu au galop, la boulimie du pouvoir aidant.

En 2001, le fils succède au père. Après cinq années d’atermoiements, des élections sont organisées en 2006, puis en 2011. Hélas ! Tricherie et fraude massive sont au rendez-vous.

Quoi qu’imparfaits, les deux cycles électoraux de 2006 et 2011 ont redonné de l’espoir à tout un peuple. En 2016, le troisième cycle devrait inaugurer l’alternance démocratique au sommet de l’Etat. Malheureusement, il n’en a pas été ainsi. La machine a grippé – la majorité au pouvoir ayant refusé de se plier au jeu démocratique.

Aujourd’hui, vingt ans après Mobutu, la libération ‘‘afdlienne’’ reste une illusion. Le peuple congolais est toujours en captivité. Tout se passe comme si le 17 mai n’a été qu’un accident malheureux de l’histoire que tous voudraient vite oublier.

Il y a 20 ans Mobutu est parti. Quoi que mort, enterré loin de sa terre natale, Mobutu revit par ses méthodes qui ont refait surface dans la gestion de la chose publique.

Après deux décennies de passage à vide démocratique, le bout du tunnel est encore loin. La libération, demeure une chimère. Elle est encore virtuelle. Tôt ou tard, le peuple opprimé prendra le dessus sur tous ceux qui confisquent son bien-être.

20 ans après, la date du 17 mai reste un cauchemar pour un peuple qui rêve d’une liberté qui lui est confisquée au jour le jour.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Après avoir crucifié El Hilal du Soudan (2-1 au Soudan, 5-0 à Lubumbashi), le TP Mazembe se qualifie sans surprise pour les demi-finales de la Coupe de la CAF. Il croisera FUS Rabat dimanche...
More inSports  Société  Economie  Politique  

Facebook FanBox