A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

Relance de l’économie : la BCC préconise la mise en œuvre des réformes structurelles

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

Les indicateurs du cadre macroéconomique sont au rouge. Si rien n’est fait, la République risque de connaître l’une des périodes la plus sombre de son histoire économique. Du coup, la sonnette d’alarme est tirée par la Banque centrale du Congo (BCC).

L’économie congolaise traverse, depuis près de cinq ans, des zones de fortes turbulences. La dépréciation sans cesse du franc congolais (monnaie nationale) face à la devise américaine, la baisse drastique des réserves de change, l’effritement des recettes de l’Etat…. Face à cette situation peu reluisante, les solutions préconisées par la Banque centrale du Congo (BCC) semblent appropriées.  Des experts affirment que la RDC paie le prix de l’absence de réformes structurelles.

Au cours de la conférence de presse tenue, le vendredi 12 mai à l’issue de la 4ème réunion du Comité de politique monétaire (CPM), le gouverneur de la Banque centrale du Congo et président du CPM, Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, s’est appesanti sur les solutions possibles qui peuvent aider l’économie congolaise à redécoller. Parmi celles-ci, la mise en œuvre des réformes structurelles qui, selon lui, pourra permettre la stabilisation et la relance de l’économie.

En outre, le pays est invité à accroître sa production locale, étant donné que la RDC est un marché capable d’absorber des quantités importantes de sa propre production. La ville de Kinshasa, à elle seule, consomme 300 000 tonnes de riz et 700 000 tonnes de poissons par mois, selon les récentes statistiques produites par les experts de l’Institut d’émission. Et le riz ainsi que les poissons, viande et autres produits de grande consommation sont les fruits de l’importation, alors que le pays est à mesure de les produire deux ou trois fois plus. Produire ces aliments de grande consommation localement éviterait au pays de nombreuses importations qui, du reste, font perdre les devises à la République démocratique du Congo.

« Ce qui étonne parfois, c’est le fait que les populations congolaises consomment ce qu’elles ne produisent pas. La forte demande intérieure dépend essentiellement des importations », s’est étonné Deogratias Mutombo. Ainsi, il a suffi que le cours des matières premières connaisse une chute libre sur le marché international pour que le choc soit ressenti dans l’économie congolaise.

Pour la seule année 2016, le franc congolais s’est déprécié de 25%. Et le taux de croissance, lui, est tombé jusqu’à 2,4% à fin 2016 contre 6,7% en 2015 et 9,5% en 2014. Quant aux réserves internationales de change, elles sont passées de 1,4 milliard USD à fin décembre 2015 à 738 millions USD à fin avril 2017, représentant 3,24 semaines d’importations des biens et services sur fonds propres.   

En 2016, le déficit budgétaire a été estimé à plus de 520 millions de CDF. Et durant toute l’année 2016, le gouvernement congolais finançait ses déficits budgétaires avec les avances de la Banque centrale du Congo, puisées naturellement dans les réserves internationales.

Les efforts méritent donc d’être fournis pour sortir le pays de la situation calamiteuse où il se trouve actuellement. Toutes les énergies doivent ainsi être fédérées autour des têtes pensantes pour sortir la tête de l’eau.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

1. Nous, Archevêques et Evêques, Membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en notre 54ème Assemblée Plénière Ordinaire à Kinshasa, du 19 au 23 juin 2017, mus par...