A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Rapatriement du corps de Tshisekedi : la MONUSCO boote en touche

Écrit par Médard Muyaya.

Antoine-Charles Bambara, porte-parole et directeur de l’information publique de la MONUSCO, a animé la conférence de presse hebdomadaire  hier mercredi 10 mai au quartier général de l’institution à Kinshasa. Il a procédé à la lecture de la déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation en République démocratique du Congo. Des points relatifs à l’insécurité dans l’Est du pays et dans les Kasaï, le rapatriement de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi ont été abordés.

Bambara a, d’entrée de jeu, fait savoir  que les membres du Conseil de sécurité ont demandé à toutes les parties prenantes de continuer à respecter l’Accord et l’objectif primordial de tenir des élections pacifiques, crédibles, libres, régulières et inclusives d’ici à la fin de 2017, notamment en permettant aux femmes d’y participer pleinement et sur un pied d’égalité avec les hommes. 

« A cet égard, ils ont demandé l’établissement rapide et inclusif d’un gouvernement d’union nationale et du Comité national de suivi de l’Accord, de l’adoption d’une nouvelle loi électorale et la mise en œuvre intégrale des mesures de confiance établies dans le chapitre V de l’Accord du 31 décembre 2016, dont certaines doivent encore être appliquées. Ils ont réaffirmé qu’ils étaient déterminés à agir en conséquence envers tous les acteurs congolais… », a-t-il relevé.

Pour Charles Bambara, la MONUSCO attend voir encore cette semaine beaucoup plus d’inclusivité dans la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre et cela est une exigence de la Résolution 2348. « Les bons offices du représentant du secrétaire général des Nations unies, Maman Sidikou, continuent cette semaine et on verra ce que l’on pourra dire. Nous n’avons pas de commentaires particuliers par rapport au gouvernement », a-t-il prévenu. Avant de soutenir que pour la MONUSCO, l’inclusivité est de mise et d’une grande importance, ce que demande la R2348.

« Nous avons constaté qu’il n’y a pas d’inclusivité totale pour régler de grands problèmes auxquels butent le pays. Et, le Conseil de sécurité tient à ça. Nous allons continuer à suivre ce processus de manière à rapprocher les vues des uns et des autres », a-t-il martelé.  

Concernant le rapatriement de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi, la MONUSCO a fait savoir qu’elle ne s’en mêle pas. Cela doit se faire conformément aux lois du pays en vigueur. Elle a invité tout le monde à la retenue et à la tolérance. 

Quant à aux incidents qui ont eu lieu devant la permanence de l’UDPS dernièrement, la MONUSCO déplore ces violences quelles que soient leurs origines.

S’agissant de la situation sécuritaire alarmante qui prévaut dans l’Est du pays, la MONUSCO a déploré la présence de plusieurs groupes rebelles sur le terrain qui sèment la désolation. Donc, la MONUSCO s’emploie à venir en appui aux FARDC en vue d’éradiquer l’activisme desdits groupes armés. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.