A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Désigné 2ème vice-président de la CAF, Omari pourrait-il laisser la FECOFA ?

Écrit par Armel Langanda. Publié dans Sports

Elevé au rang de 2ème vice-président de la CAF, Constant Omari monte en puissance. Sera-t-il capable de cumuler cette nouvelle fonction avec celle de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) ?

Bonne nouvelle pour les sportifs congolais. Le président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), Constant Omari Selemani, vient d’être élevé au rang du deuxième vice-président de la Confédération africaine de football (CAF). C’était au cours d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue à Manama, au Bahrein, le lundi 8 mai 2017.

La première vice-présidence est actuellement occupée par le Ghanéen Kwesi Nyantakyi, président de la fédération Ghanéenne de football (FGF). Les noms de deux personnalités ont été proposé par le président de la CAF, Ahmed Ahmed. C’est la toute première assemblée générale élective depuis l’élection d’Ahmed à la tête de l’instance.

Avec cette belle progression au niveau de la grande instance du football africain, Constant Omari va sans doute avoir des lourdes tâches à remplir. Au pays, une large opinion s’interroge : cette nouvelle attribution lui permettra-t-elle de continuer à exercer ses fonctions en tant que président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) ?

Longtemps placé à la tête de la FECOFA, Constant Omari pourra céder sa place à quelqu’un d’autre pour éviter le cumul des fonctions. Sous le règne du président Omari à la tête du football congolais, la RDC a quand même réalisé quelques exploits sur l’échiquier continental. Il y a notamment la troisième place de l’équipe nationale, les Léopards, lors de la Coupe d’Afrique des nations « Guinée Équatoriale 2015 » ; deux trophées du championnat d’Afrique des nations (CHAN) en 2009 et 2016. Il faut signaler aussi la brillante participation des clubs congolais aux compétitions africaines interclubs de la Confédération africaine de football (CAF), notamment avec le TP Mazembe et l’AS V.Club.    

Comme exploit personnel, Constant Omari a assumé des fonctions précises non seulement au niveau de la CAF, mais aussi au niveau de la Fédération internationale de football association (FIFA). Il a aussi travaillé comme organisateur de la Coupe d’Afrique U17.

La nouvelle attribution de Constant Omari pourrait lui permettra de remplir concomitamment la tâche de président de la FECOFA. Ce n’est pas impossible. Car, on l’a vu avec Issa Hayatou alors président de la CAF, il a géré la FIFA pendant trois mois et a réussi à organiser les élections.

À noter que le président de la Fédération de Mauritanie, Ahmed Yahya, et le président de la Fédération de l’Ouganda, Moses Magogo, intègrent quant à eux le comité exécutif de la CAF en tant que membres cooptés.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.