A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Désigné 2ème vice-président de la CAF, Omari pourrait-il laisser la FECOFA ?

Écrit par Armel Langanda le . Publié dans Sports

Elevé au rang de 2ème vice-président de la CAF, Constant Omari monte en puissance. Sera-t-il capable de cumuler cette nouvelle fonction avec celle de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) ?

Bonne nouvelle pour les sportifs congolais. Le président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), Constant Omari Selemani, vient d’être élevé au rang du deuxième vice-président de la Confédération africaine de football (CAF). C’était au cours d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue à Manama, au Bahrein, le lundi 8 mai 2017.

La première vice-présidence est actuellement occupée par le Ghanéen Kwesi Nyantakyi, président de la fédération Ghanéenne de football (FGF). Les noms de deux personnalités ont été proposé par le président de la CAF, Ahmed Ahmed. C’est la toute première assemblée générale élective depuis l’élection d’Ahmed à la tête de l’instance.

Avec cette belle progression au niveau de la grande instance du football africain, Constant Omari va sans doute avoir des lourdes tâches à remplir. Au pays, une large opinion s’interroge : cette nouvelle attribution lui permettra-t-elle de continuer à exercer ses fonctions en tant que président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) ?

Longtemps placé à la tête de la FECOFA, Constant Omari pourra céder sa place à quelqu’un d’autre pour éviter le cumul des fonctions. Sous le règne du président Omari à la tête du football congolais, la RDC a quand même réalisé quelques exploits sur l’échiquier continental. Il y a notamment la troisième place de l’équipe nationale, les Léopards, lors de la Coupe d’Afrique des nations « Guinée Équatoriale 2015 » ; deux trophées du championnat d’Afrique des nations (CHAN) en 2009 et 2016. Il faut signaler aussi la brillante participation des clubs congolais aux compétitions africaines interclubs de la Confédération africaine de football (CAF), notamment avec le TP Mazembe et l’AS V.Club.    

Comme exploit personnel, Constant Omari a assumé des fonctions précises non seulement au niveau de la CAF, mais aussi au niveau de la Fédération internationale de football association (FIFA). Il a aussi travaillé comme organisateur de la Coupe d’Afrique U17.

La nouvelle attribution de Constant Omari pourrait lui permettra de remplir concomitamment la tâche de président de la FECOFA. Ce n’est pas impossible. Car, on l’a vu avec Issa Hayatou alors président de la CAF, il a géré la FIFA pendant trois mois et a réussi à organiser les élections.

À noter que le président de la Fédération de Mauritanie, Ahmed Yahya, et le président de la Fédération de l’Ouganda, Moses Magogo, intègrent quant à eux le comité exécutif de la CAF en tant que membres cooptés.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête,...