A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Le gouvernement lance la campagne de vulgarisation du Code de la famille révisé

Écrit par ACP/LP le . Publié dans Société

La ministre du Genre, de l’Enfant et de la Famille, Marie Louise Mwange, a annoncé, vendredi dernier à Kinshasa, le démarrage d’une vaste campagne de vulgarisation du Code de la famille révisé, en vue de son appropriation par la population pour un changement de comportement.

Mme Mwange a circonscrit cette campagne, organisée par son ministère, en collaboration avec le Fonds des nations unies pour l’enfance, dans le cadre de la promotion des droits de la femme et de l’enfant. Elle a indiqué qu’il s’agit des séances de briefing et des ateliers de formation des vulgarisateurs de ce Code qui se tiennent auprès de la base à Kinshasa et dans quelques provinces telles que l’ex-Bandundu, Kwilu, Nord-Kivu et Ituri.

Relevant quelques innovations introduites dans le nouveau code, elle a cité notamment la suppression de l’autorité maritale, l’exigence du respect mutuel, la loi sur l’adoption et la protection de l’enfant. Cependant, la ministre du Genre a regretté le fait que l’ancien Code de la famille soit toujours d’application surtout dans les provinces pendant qu’un nouveau, modifié, est déjà d’application. A ce sujet, le ministère du Genre a invité les magistrats à venir signer le nouveau code révisé pour son application.

« Nous avons invité les magistrats pour venir signé le code modifié pour qu’il soit exécuté dans des cours et tribunaux sur le territoire national. Ce n’est pas normal que l’ancien code soit toujours d’application pendant qu’un nouveau, modifié, est déjà d’application », a dit la ministre du Genre. Elle a rappelé que dans le cadre de la promotion de la femme, la protection de l’enfant et de la mise en œuvre de l’égalité homme-femme, le président de la République a promulgué le 15 juillet 2016 la loi modifiant et complétant celle du 1er août 1987 portant Code de la famille.

Mme Mwange a expliqué que la réforme entreprise vise notamment l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme et la protection de l’enfant. Elle a également pour but de promouvoir l’unité et la stabilité du ménage et de l’égalité des droits et des chances entre les sexes. La représentante de l’Unicef, Marie Mukaya, a félicité les hommes, les femmes, les filles et garçons et tous ceux qui ont contribué à la modification de cette loi.

Pour l’Unicef, « cette loi est très importante, car elle lève les équivoques qui faisaient la discrimination de la femme dans le domaine de la gestion de la famille et protège l’enfant ». Elle a promis l’appui de cet organisme aux activités de vulgarisation du nouveau code.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...