A la Une

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Elections sans l’espace Kasaï ? Corneille Nangaa  avait évoqué cette hypothèse en mai dernier...

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

Le gouvernement affiche toute sa sérénité sur le dernier rapport de Global Witness notamment en...

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

A la suite de la réunion des délégués des différentes composantes au CNSA qui a eu lieu ce...

Grande déception

Grande déception

L’Accord du 31 décembre 2016 est systématiquement foulé au pied par la Majorité présidentielle...

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a finalement clôturé,...

Imprimer

La destruction de la base syrienne ou le « retour de l’axe du mal »

Écrit par Matshi. Publié dans Internationale

Les premiers actes du nouveau président américain, Donald Trump, en conformité de ses promesses de campagne, ne cessent de susciter commentaires et analyses dont la dernière en date, co-signée par Marcus Noland et Kent Boydston (Peterson Institute for International Economics, USA) sous le titre « La Chine, la Syrie, la Corée du Nord et la doctrine Trump »,  s’interroge si l’on ne vient pas d’opérer «  Un retour de l’axe du mal ? »

 

Lors de sa campagne électorale, le nouveau président américain avait critiqué la politique « d’attentisme » de son prédécesseur. Pour ces deux analystes, la « flexibilité », également appelée "flip-flopping", apparaît comme une marque de commerce de la politique de l’Administration Trump. Les positions en évolution rapide de l’Administration Trump vers la Chine, la Syrie et la Corée du Nord, estiment-ils, en sont un exemple. (Et pour être clair, flip-flopping n'est pas un négatif catégorique.)

Commençons par la Syrie. Après avoir fait campagne sur une plate-forme "America First" (l’Amérique d’abord) pour éviter les enchevêtrements au Moyen-Orient, la décision du président Trump de frapper la Syrie, le 6 avril, afin de punir Bashar al-Assad pour son utilisation d’armes chimiques dans une attaque contre des civils syriens, était un tournant significatif tant en politique qu’en rhétorique. Les commentaires de Trump suite à la frappe invoquent les normes internationales (dans ce cas, contre l’utilisation d’armes chimiques), et implicitement le principe des droits de la personne et de la responsabilité de protéger.

Trump a déclaré: « Il est indiscutable que la Syrie a utilisé des armes chimiques interdites, a violé ses obligations en vertu de la Convention sur les armes chimiques et a ignoré l’appel lancé par le Conseil de Sécurité de l’Onu ». Il a ensuite appelé toutes les nations civilisées à mettre fin au terrorisme de tous genres et de toutes espèces. Il a même ajouté et le monde entier dans le refrain habituel que Dieu bénisse l'Amérique, à la fin de ses commentaires.

La frappe sur la Syrie a élevé de manière rhétorique l’importance de respecter les normes internationales et les droits de l’Homme en tant que casus belli, même si le bellum était une frappe ponctuelle. On ne sait pas si Trump continuera cette approche, mais il a néanmoins établi un nouveau précédent, et celui qui tient compte de la situation en Corée du Nord. Comme indiqué dans les articles précédents (ici et là), la Corée du Nord et la Syrie ont une longue histoire de coopération depuis des décennies. Ils ont partagé des technologies, des armes, et il y a même eu des rapports selon lesquels des soldats nord-coréens se battent aux côtés des forces d’Assad en Syrie. La Corée du Nord a transféré la technologie nucléaire en Syrie qui a été détruite lors d’une attaque aérienne israélienne en 2007 et le père de Bashar al-Assad, Hafez al-Assad et Kim Il-sung, ont connu une longue relation de coopération.

La Syrie et la Corée du Nord possèdent également la particularité d’être les seuls acteurs étatiques connus qui ont utilisé des agents nerveux au cours des derniers mois (voir l’affaire Kim Jong-nam). Il est remarquable que, dans sa déclaration suite à la frappe, Trump a battu Assad avec des terroristes. Ses commentaires sont un changement de la rhétorique de la campagne, quand il a laissé Assad s'effondrer, en se concentrant plutôt sur les groupes terroristes qui combattent Assad.

La Syrie a, en fait, été classée parmi les États qui parrainent le terrorisme sur la liste du Département d’État depuis 1979, et la Corée du Nord qui a été retirée de la liste en 2008, suite à un accord avec l'Administration Bush, pourrait les rejoindre rapidement. Le mois dernier, Ted Cruz a présenté un projet de loi au Sénat pour compléter un projet de loi de cette Chambre (Sénat) qui obligerait le Secrétaire d’État d’examiner si la Corée du Nord devrait être réaffirmée comme un État parrain du terrorisme. (Steph Haggard examine les nouvelles options de législation sur les sanctions ; Josh Stanton fait un examen profond sur les projets de loi.)

Trump n’a pas formulé son approche pour résoudre le problème de l'armement nucléaire de la Corée du Nord en termes de normes internationales, ni de protéger le régime de non-prolifération, mais ses commentaires concernant la Syrie indiquent une volonté de changer, au moins de façon rhétorique, dans cette direction. Cela pourrait même s'étendre aux droits de l’Homme.

Mais les doutes sur un changement fondamental d’attitude ont été soulevés lorsque le président Trump a indiqué, dans un tweet le dimanche matin, qu’il ne qualifiait pas la Chine comme un manipulateur de devises – un socle d’une promesse de campagne - afin d’assurer l’aide de Pékin pour résoudre le problème de la Corée du Nord.

Dans son entretien avec Fox Business News, il a affirmé que « la Chine fera beaucoup mieux en matière de commerce si elle nous aide avec la Corée du Nord. » En raison de sa valeur nominale, c’est un lien remarquable entre la politique commerciale et la politique étrangère indépendante, objectifs qui seraient conformes à la forte volonté de Trump envers les relations transactionnelles. Ou il se pourrait simplement que la Chine ne soit pas un manipulateur de devises en vertu de la législation américaine actuelle (en effet, en quelque sorte, elle intervient pour soutenir sa monnaie, ne la dévalorise pas pour gagner un avantage injuste dans le commerce) et l'invocation de la prétendue coopération chinoise en Corée du Nord n’était qu’un simple geste pour masquer la faillite de la politique commerciale de l’Administration Trump.

 

Dans l’interview de Fox Business News, Trump est allé jusqu’à dire que, en avisant Xi à Mar-a-Lago, il avait ordonné une frappe de missile en Syrie, et Xi a indiqué l’approbation tacite de l’action. Ce message n’était pas précisément communiqué par le ministère chinois des Affaires étrangères, mais, comme l’a souligné Julian Ku, le refus de la Chine de condamner plus clairement la frappe est une surprenante suspension. Cette suspension a été renforcée la semaine suivante par l’abstention de la Chine sur une résolution du Conseil de Sécurité de l’Onu condamnant l’attaque chimique d’Assad, obligeant la Russie à jeter le seul veto parmi les P5. Donc, peut-être, il y a une idée de la coopération entre les États-Unis et la Chine.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

A l’audience du jeudi 21 juillet 2017 dans le procès qui oppose le ministère public aux assassins présumés des experts de l’ONU Michaël Sharp et Zaida Catalan, le témoin Jean-Bosco Mukanda à accusé...