A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Lubaya: «Essoufflés, ils font le tour de certaines capitales africaines, sanctuaires de la tyrannie »

Écrit par LP le .

Ils ont violé la Constitution. Ils ont violé l’Accord du 31 décembre 2016. Ils viennent de chiffonner l’Arrangement particulier. Leur pouvoir n’a plus de base légale, il est sans assises, comme un tigre en papier.

Isolés sur la scène internationale, ils ont déjà perdu, en interne, toute légitimité et tout appui objectif. Rejeté par le peuple, le débauchage, le mensonge et la violence restent désormais leur seul rempart sur fond de maladresses systématiques et de scandales à répétition. Violences au Kasaï, viols à l’Est, panama papers, lumumba papers, passeports papers sont les derniers scoops qui ont fini de démasquer les fondements et objectifs d’un régime méprisant pour le peuple congolais. Essoufflés, ils font le tour de certaines capitales africaines, sanctuaires de la tyrannie et références en matière de répression, pour solliciter le soutien! En quel domaine? Kigali, Bata, Bujumbura, le Caire, N’Djamena et Libreville n’ont rien de positif à nous apprendre. C’est dans ces villes que règnent les derniers vestiges de la tyrannie africaine, de la honte et de la nausée. C’est dans ces villes que règnent des pouvoirs corrompus, usés et rejetés par leurs peuples.

 

Tout ça, c’est bon mais ce n’est pas suffisant. Le régime de Kinshasa refuse d’accepter l’évidence : mandat « esilaaaaa » (terminer) et de tout ce qu’il peut essayer, rien ne marchera. Le bail est fini. La rupture consacrée. Il faut partir. Vite et maintenant. C’est le moment.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....