A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

France : Emmanuel Macron remporte l’élection présidentielle

Écrit par Robert Kongo, correspondant en France. Publié dans Internationale

Le candidat d’En Marche, Emmanuel Macron, 39 ans, remporte le second tour de l’élection présidentielle française, face à la candidate du Front national, Marine Le Pen. Il devient le huitième président de la Ve République.

 

Emmanuel Macron remporte l’élection présidentielle face à Marine Le Pen. Le chef de file d’En Marche obtient 66,10 % des suffrages exprimés, contre 33,90% à Marine Le Pen, selon les résultats  définitifs du ministère français de l’intérieur.  Le taux de participation était de 74,56 %. Un taux en baisse par rapport au premier tour (77,77%).  

Emmanuel Macron devient ainsi le huitième président de la Ve République. Un candidat, ovni (objet volant non identifié) politique, dont la force est de pouvoir «  pêcher » des électeurs à gauche mais aussi à droite.

Le favori

Le candidat d’En Marche était le favori de ce scrutin face à Marine Le Pen. Il était donné vainqueur de ce scrutin, dans les sondages, depuis sa victoire au premier tour, le 23 avril. Il était arrivé en tête avec 24,01%, devant Marine Le Pen (21,30%). François Fillon (LR) était arrivé troisième avec 20,01%, devant le candidat du mouvement La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (19,58%), et le socialiste Benoît Hamon (6,36%).

Si les candidats éliminés, François Fillon et Benoît Hamon, ont appelé à voter pour Emmanuel Macron, pour faire barrage à Marine Le Pen, la candidate du Front national, un parti d’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon n’a donné aucune consigne de vote à ses membres. Son attitude a fait l’objet de vives critiques à gauche comme à droite.

Rassembler des progressistes

« Rassembler tous les citoyens quelle que soit leur sensibilité politique et même ceux qui ne croient plus à la politique pour construire un projet », telle a été l’ambition d’Emmanuel Macron en démissionnant du gouvernement, le 30 août 2016, pour construire une nouvelle offre politique.

L’une des valeurs phares du mouvement En Marche, dont il est le fondateur, est l’ " ouverture",  " l’unique moyen de progresser tout en restant soi-même ", peut-on lire sur la page facebook de l’ancien ministre de l’économie de François Hollande.

La montée d'En Marche au détriment des partis traditionnels répond à une certaine logique qui est celle de la recomposition du paysage politique, c’est-à-dire une rupture avec la configuration actuelle du système politique français. Emmanuel Macron se pose en rassembleur des progressistes.  

« J’en appelle à toutes les femmes et les hommes de bonne volonté (…), à toutes celles et ceux qui croient dans la réconciliation de la liberté et du progrès (…), à toutes celles et ceux qui ne veulent pas guetter dans la pénombre une lueur d’espérance mais qui voudrait l’incarner », a-t-il lancé dans son discours de candidature à la présidence de la République, le 16 novembre 2016.

Remettre la France en marche

Emmanuel Macron –avec son mouvement En Marche -, qui a réussi à tenir tête à ces partis qui structurent la vie politique française depuis presque cinquante ans, en l’occurrence Les Républicains et le Parti socialiste, lors de cette campagne inédite et exceptionnelle, a consacré toute la dernière partie de celle-ci à mobiliser sur son projet et contre l’abstention, exhortant ses sympathisants à se méfier d’un excès de confiance.

Comme au premier tour, le candidat d'En Marche a passé le week-end au Touquet, dans le Pas-de-Calais, où il possède une résidence secondaire. Il a voté dimanche matin, accompagné de son épouse Brigitte.

La passation des pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron devrait avoir lieu le dimanche 14 mai, sans toutefois exclure la date du samedi 13, selon l’Elysée.

D’après les proches du président élu, le calendrier des semaines et mois suivants est déjà plus ou moins fixé. Emmanuel Macron avait précisé, au cours de sa campagne, des réformes qu’il mettrait en œuvre en cas de victoire. Au travers de celles-ci,  il entend « redonner un véritable espoir au pays », convaincu que « la politique peut encore changer la vie ».

Il va falloir remettre la France en Marche très vite, car Il n'y aura pas d'état de grâce. Les Français sont en colère. L'échec de deux derniers quinquennats et la désaffection à l'égard de la politique poussent à un changement de cap.   

Au moment où nous écrivons ces lignes, Emmanuel Macron et ses soutiens sont en train de fêter la victoire sur l’esplanade du Louvre à Paris. Comme le veut la tradition.

La proclamation officielle des résultats aura lieu au cours de cette semaine. Et sitôt passée l’élection présidentielle s’ouvrira une autre campagne, celle des législatives des 11 et 18 juin.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En perspective du double choc des éliminatoires du Mondial 2018 contre la Tunisie (1er et 5 septembre), le sélectionneur de la RD Congo, Florent Ibenge, a rendu publique sa liste finale de 26...