Imprimer

Meurtre de deux médecins : des hôpitaux publics observent trois jours de service minimum

Écrit par B. Ipan. Publié dans Online Dépêches

Les médecins observent depuis hier jeudi 4 mai un service minimum dans les hôpitaux publics de la RDC, à l’appel du Syndicat national des médecins (Synamed). D’après une dépêche de radiookapi.net, ce mouvement vise à dénoncer les meurtres de deux médecins survenus en avril dernier à Uvira et Tshikapa.

 

Le Synamed dénonce «l'inefficacité» des services de l'ordre et de sécurité pour protéger les citoyens. Le secrétaire général de ce syndicat, Dr Mankoy Badjoky, explique que les trois jours de service minimum s’inscrivent également dans le cadre du deuil que les médecins affiliés au Synamed voudraient observer en mémoire de leurs confrères assassinés : « C’est un deuil ! Les médecins de la RDC membres du Synamed sont en train de pleurer leurs confrères qui ont été lâchement assassinés dans l’exercice de leur fonction. Et devant ces faits, nous avons estimé qu’il était nécessaire qu’on s’arrête et que nous ayons une pensée pieuse envers nos confrères tombés». Une messe sera également dite ce vendredi 5 mai à Kinshasa en mémoire de deux médecins tués, a annoncé Dr Mankoy.

Le 14 avril dernier, le médecin gynécologue obstétricien de l’hôpital de référence d’Uvira, Gildo Byamungu, avait trouvé la mort dans une attaque d’hommes armés dans son domicile.

 

Ce meurtre avait suscité de vives réactions, notamment à Bukavu, où une marche de protestation avait été organisée. Un suspect a été arrêté par la police. La France avait qualifié d'«assassinat» le meurtre du Dr Byamungu.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.