A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Sortie de crise en RDC: l'épiscopat américain fait pression sur Trump

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

Outre Atlantique, le dossier de la RD-Congo est suivi de très près. C’est le cas des évêques catholiques des Etats-Unis qui ne sont pas restés indifférents à la crise qui étrille le peuple congolais.

 

Dans une correspondance adressée au secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, le président du Comité pour la justice internationale et la paix du clergé catholique des USA, l’équivalent de la Cenco , Mgr Oscar Cantu, évêque de Las Cruces, sollicite plus d’implication de l’administration Trump pour apporter une solution durable à la situation de crise permanente qui fragilise la RDC.

Dans cette correspondance, l’épiscopat américain fait pression sur le président Donald Trump, afin d'obtenir de ce dernier une attention particulière sur le cas de la RDC qui oscille entre une alternance démocratique signe de bien-être et de développement pour le pays et l'installation par le président Kabila d'une dictature dans le pays avec comme risque d'embraser l'ensemble de la sous-région et de plonger le pays dans un chaos difficilement dénouable. Les évêques américains estiment qu'il faut mettre suffisamment de pression sur le président Kabila pour que les élections libres et ouvertes soient organisées en vue de l'alternance à la tête de la RDC après six décennies d'indépendance.

Lors de sa récente visite aux Etats-Unis, Mgr Utembi avait déposé plusieurs mémorandums auprès des partenaires pour leur signifier que la crise en RDC doit trouver solution à travers l'organisation des élections, particulièrement la présidentielle.

La résolution 2348, qui a été portée haut la main par l'ensemble des pays membres du Conseil de sécurité, démontre que la crise congolaise préoccupe plusieurs catégories de personnes à travers la planète. De la lointaine Amérique, lorsqu'à Kinshasa on avait sablé le champagne à l'idée que le départ d'Obama ouvrirait une période d'accalmie, des lobbyistes insoupçonnés plaident la cause de la RDC.

En sollicitant par des termes on ne peut plus clairs l'implication de Donald Trump dans la crise congolaise à travers le secrétaire d'Etat, les évêques américains ne le font pas pour s'attendre à un échec, mais plutôt à des résultats tangibles. Il va sans dire aussi que les attaques contre les évêques de la Cenco telles que l'ont amorcées certains chantres de la majorité qui s'amusent à la vilipender à longueur des journées, devraient cesser.

La lettre des évêques américains qui traduit fidèlement le souhait de la Cenco sur l'avenir du pays, a reçu des échos très favorables. Selon des sources au département d'Etat, le nouveau sous-secrétaire aux affaires africaines a déjà entre ses mains ce précieux document et un mémorandum de la Cenco qui constitueront la trame de sa politique en RDC. Avec cet espoir de voir se tenir des élections pour l'alternance politique vers fin 2017.

Ci-dessous la lettre de l'épiscopat américain, traduite de l’anglais.

La RDC, un pays de 77 millions d’habitants qui est de la taille des Etats-Unis à l’est de la Mississipi, est en crise avec des conséquences potentiellement désastreuses pour toute la région. L’année 2017 pourrait être l’année de la résolution de la crise en RDC, de l’organisation d’élections libres et équitables. La même année pourrait être le premier transfert de pouvoir pacifique en RDC dans ses 57 ans d’histoire, ou pourrait marquer un renforcement de l’autocratie, des émeutes massives ou même une guerre civile. Nous entendons déjà des rapports selon lesquels des pays voisins comme l’Angola déploient des forces militaires le long de leur frontière avec la RDC pour contenir la chute de toute rupture dans l’ordre civil.

Les dirigeants de la Cénco ont utilisé leur autorité morale et ont tenu des discussions sous leurs bons offices pour créer les conditions d’un dialogue pacifique et constructif en vue de résoudre la crise. Ce n’est pas la place de l’Eglise de jouer un rôle politique en exerçant une pression sur les partis politiques afin de résoudre la crise et protéger la démocratie et l’intérêt général. Les Congolais ont besoin que la communauté internationale, les Nations Unies et les pays de la région travaillent ensemble pour convaincre le gouvernement congolais à préparer des élections ouvertes, libres et équitables, comme l’exige la Constitution. Ce qui favorisera l’intérêt général du pays et permettra à la Société civile de prospérer.

Une longue expérience en Afrique et ailleurs dans le monde montre que le leadership des Etats-Unis pour promouvoir la démocratie et résoudre les conflits, de concert avec la communauté internationale, peut-être efficace. J’ai voyagé en RDC en octobre dernier et j’ai rencontré des dirigeants de l’Eglise, des représentants diplomatiques, des dirigeants de partis politique, des représentants du gouvernement, de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et de la Société civile. J’ai entendu leurs appels urgents à des solutions pacifiques et démocratiques et de développement pour que le gouvernement honore sa Constitution et les principes démocratiques sur lesquels elle est créée. Un investissement dans la diplomatie et la promotion de la bonne gouvernance économiseront maintenant beaucoup de millions de dollars d’aide humanitaire et de dépenses de maintien de la paix, à long terme. Il sauvera également des millions de personnes de souffrances inutiles.

Le Comité pour la justice internationale et la paix est prêt à travailler avec vous pour promouvoir la démocratie, la paix et la prospérité en RDC. Nous vous remercions de votre attention pour la crise en RDC.

Cordialement,

Révérend Oscar Canu

Evêque de Las Cruces

 

Président, Comité pour la justice internationale et la paix

Commentaires   

0 #1 MOISE MUSAVULI 06-05-2017 07:13
Le seul secours pour sauver des vies en RDC reste celui de l’Église car les acteurs politiques ont lamentablement échoué. Que le Dieu de Jésus-Christ nous prenne en grâce.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.

Facebook FanBox