Imprimer

Sud-Kivu : l’ancien comité de gestion de la Mecrebu accusé de détournement

Écrit par O.K le . Publié dans Online Dépêches

Les membres de la Mutuelle d’épargne et de crédit de Bukavu (Mecrebu) veulent voir clair dans ce qu’il convient d’appeler « escroquerie collective ». Ils accusent l’ancienne équipe dirigeante d’avoir détourné 50.000 Usd de la caisse de cette mutuelle d’épargne et de crédit. A ce sujet, ils exigent à ce que justice soit faite.

 

Parmi les personnes pointées du doigt, ils citent l’ancien Président du conseil d’administration, le gérant ainsi qu’un ancien coordonnateur des mutuelles d’épargnes.

A l’issue d’une réunion tenue à Bukavu (Sud-Kivu), les membres de la mutuelle ne jurent que par le remboursement de leurs épargnes. Le seul souhait, c’est d’apprendre l’arrestation immédiate des présumés auteurs de détournements au sein de cette mutuelle d’épargne, dont des anciens dirigeants de la Mecrebu. Une nouvelle qui, certes, redonnerait de l’espoir aux différents épargnants, surtout quand on sait que depuis plusieurs années, ils ne cessent de réclamer leurs épargnes engloutis par la mégestion qui a caractérisé l’équipe dirigeante de cette mutuelle d’épargne et de crédit.

Selon le collectif des membres de la Mecrebu, le déclic de cette mutuelle a été déclenché en 2010, à partir du moment où un crédit de l’ordre de 50.000 USD a été octroyé à des tiers dans des conditions jugées non transparentes.

« Les responsables de la mutuelle se sont permis d’octroyer 50.000 USD sans garantie, à un groupe de personnes se réclamant d’une entreprise évoluant dans le domaine artistique. Ces derniers avaient prétexté solliciter ces fonds pour la production de kits scolaires au profit des écoles de Sud-Kivu. En réalité, ce n’était qu’une fiction. Le fameux projet de production des kits scolaires présenté à la mutuelle était une histoire cousue de fil blanc. Le détenteur du faux projet a même soutenu que celui-ci allait être exécuté en collaboration avec les responsables de la Mecrebu/Coopec », a allégué un responsable de la Mecrebu qui a requis l’anonymat. 

Pour le collectif des clients, il n’en est pas question. « Etant donné qu’il n’existe pas de crime parfait, les kits présentés se sont avérés impropres à la consommation, compte tenu des incohérences et autres graves erreurs décelées sur le produit. Cette production n'avait pas été faite en collaboration avec le ministère de l'EPSP tel que prétendu, pourtant la convention signée entre les contractants Justin Ntaboba et Pacifique Ndagano de MECREBU d'une part et Buhendwa Cishugi de la société MAM'S d’autre part, prétendait bien que ces kits allaient être produits en collaboration avec le ministère de l'EPSP, dans le cadre de l'accompagnement de ce ministère. Ainsi, toutes les écoles de Bukavu et celles du Sud-Kivu ne consommeront pas ces fameux kits au logo MECREBU. Les avertis comprendront qu’il s’est agi simplement d’un détournement maquillé », indique un communiqué du collectif des clients.

A ce jour, l’ancienne équipe dirigeante de la Mecrebu se retrouve au banc des accusés. Aux dernières nouvelles, ils se retrouveraient avec la totalité de kits scolaires entre leurs mains. Entre temps, ils sont sommés de rembourser 50.000 USD puisés dans les caisses de la Mecrebu sans garantie.

« Cishugi de Mam’s, Bashige Naaka, gérant de la mutuelle  et Ndagano Pacifique, coordonnateur des mutuelles du Sud-Kivu ont mis en place une stratégie malicieuse, consistant à céder le projet au père du gérant de la mutuelle qui avait aussi un crédit en cours. Tout ça, c’est pour camoufler les opérations sur une autre personne qui avait tout de même une garantie immobilière », affirme-t-on. Ce que les intéressés rejettent en bloc.

 

Se saisissant de ces faits, la justice congolaise a procédé, il y a quelques semaines, à l'arrestation de trois personnes impliquées à ce dossier aux contours flous. L’opinion souhaite que toutes les autres personnes impliquées soient mises hors d'état de nuire. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...