A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Réorganisation et nouvelles stratégies: le Rassemblement en conclave de radicalisation

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

Depuis Bruxelles, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement se prépare au conclave de réarmement moral pour l’assaut final visant la  libération de la RDC et de son peuple.  « A malin, malin et demi », dit-on. Face à un pouvoir qui rejette toute perspective de compromis politique en vue de l’organisation apaisée des élections, le Rassemblement a choisi de ne pas baisser la garde. L’heure est à la radicalisation de part et d’autre.

 

L'écrémage opéré au sein du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop) a permis un assainissement du milieu, digne de resserrer davantage les rangs pour de nouvelles stratégies. C'est pour cette raison qu'un conclave sera organisé à Kinshasa en vue de relancer la lutte pour l'alternance à la tête du pays. Les objectifs de ce conclave commencent à fuiter, les acteurs se montrent depuis un temps disposés à laisser passer quelques lignes des actions qui seront entreprises.

Changement de cap

Le Rassemblement, coalition de la vraie opposition au président Joseph Kabila  recomposé désormais d'irréductibles personnalités acquises à la cause de l'alternance à la tête de la RDC, a décidé de changer de stratégies face à la radicalisation extrême du régime de Kinshasa. Pour le Rassemblement, la violation de l'accord du 31 décembre 2016, consacrée au grand jour par la signature, loin du Centre interdiocésain, d’un arrangement particulier aux contours biaisés, est la preuve de la politique du chaos qu’affectionne désormais la majorité au pouvoir.

Avec la dernière foire du Palais du peuple où seuls deux dissidents du Rassemblement ont apposé leur signature sur l’arrangement particulier élaboré par les services de la MP, il y a de sérieux indices sur la ferme détermination du camp présidentiel à ne pas adhérer à la dynamique du Centre interdiocésain. La MP a choisi la confrontation. Et elle s’y prépare activement, multipliant chaque jour qui passe des gestes qui énervent.

Le Rassemblement n’entend donc pas se laisser faire. Là où les méthodes pacifiques ont été adoptées, le Rassemblement pense revoir de fond en comble sa stratégie de lutte, sans basculer dans la violence. Seule une lutte bien orientée libère, se dit-on dans les rangs du Rassemblement. Cependant, face à un pouvoir qui a étalé au grand jour sa mauvaise foi, le Rassemblement opte pour la radicalisation. Le conclave annoncé incessamment à Kinshasa définira les stratégies à emprunter et les moyens à mettre en œuvre pour contraindre le pouvoir à adhérer enfin à la dynamique du Centre interdiocésain.

Usant des images lors d'un match de football, deux hauts cadres du Rassopp qui avaient pris une part active aux travaux de Bruxelles ironisent : « Bien qu'il croit monopoliser le ballon, Kabila ne marquera plus un seul but, même sur une position litigieuse comme il en a l'habitude ». Il poursuit: « des fois on le laisse dribbler, mais lui se croit plus doué que tout le monde ». Et de conclure, « pour l'empêcher de marquer un nouveau but irrégulier, surtout qu'il n'y aura pas de troisième pénality, nous lui ferons désormais obstruction ».

Au sein du Rassemblement, le décor est à la radicalisation : « S'il faut un marquage strict jusqu'à la surface fatale, nous avons décidé de ne plus le laisser faire ce qu'il veut », a indiqué ce haut cadre bien placé dans la hiérarchie du Rassemblement. C'est pour cette raison, note-t-il, que « le conclave de Kinshasa aura pour tâche principale de penser les stratégies de terrain pour le neutraliser dans son élan à croire qu'il va s'imposer  pour rester ad vitam aeternam à la tête du pays renvoyant aux oubliettes l'alternance que le peuple attend! »

Au moment où le pouvoir présente des signes d’énervement par peur du lendemain, le Rassemblement recadre son action. « La Primature ou des postes au gouvernement n'ont jamais été un objectif du Rassopp. Mais c'était un moyen de contrôler les rouages de l'organisation des élections », confie le même cadre du Rassemblement. Principale plate-forme de l’Opposition, le Rassemblement ne minimise pas la portée des actions qu’il projette de lancer dans les tout prochains jours. « Même hors des institutions de transition, rassure-t-il, le Rassopp croit avoir les moyens de contraintes pour que les élections se tiennent pour vu qu'elles remplissent les conditions de transparence, d'équité et d'ouverture à tous. C'est ici que des actions pour obtenir la décrispation de l'espace politique du pays vont s'accentuer ».

 

Est-ce déjà une confrontation ? Difficile à préciser. Mais, avec des joutes verbales allant crescendo de part et d’autre, la décrispation du climat politique devient inévitable, voire obligatoire. Les Nations unies qui se sont investies dans ce sens avec l’adoption de la résolution 2348 devraient redoubler d’ardeur pour contraindre les acteurs politiques, particulièrement ceux de la MP, à se soumettre à l’accord du 31 décembre 2016. Seul moyen pour éviter à ce que la RDC ne replonge dans le chaos. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...

Facebook FanBox