A la Une

Tenir bon

La fin d’une chose vaut mieux que son commencement. Cette sagesse doit encore inspirer, s’il le...

Election des gouverneurs : ça se complique pour la MP

Election des gouverneurs : ça se complique pour la MP

En annulant, sur base d’un arrêt de la Cour constitutionnelle, l’élection du vice-gouverneur de...

L’honneur perdu

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Tshibala à Pretoria, Minaku à Kigali : Kinshasa ignore les 200 morts de l’Ituri

Tshibala à Pretoria, Minaku à Kigali : Kinshasa ignore les 200 morts de l’Ituri

Le glissement de terrain dans la localité de Tara, en Ituri, a englouti plus de 200 personnes...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Imprimer

Le chemin est encore long

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

En République démocratique du Congo, le combat pour la liberté de la presse n’est pas encore gagné. Certes, la RDC a franchi un pas important dans ce sens, mais les défis à relever demeurent immenses.

 

Evidemment, par rapport à d’autres pays de la sous-région, particulièrement ceux de l’Afrique centrale, la RDC a réalisé d’énormes progrès dans le combat pour la liberté de la presse. Rien qu’avec l’explosion des médias privés, on sent que la RDC a pris la bonne direction.

Mais, dans ce pays qui peine à sortir d’un long conflit armé, le métier de journaliste reste toujours périlleux. Il faut s’attendre à tout quand on a décidé d’œuvre dans les médias. Brimades, calomnies, emprisonnements, voire assassinats ciblés sont le lot quotidien.

C’est dans un contexte particulièrement difficile qu’exerce le journaliste congolais. Chaque jour qui passe, il doit braver toutes sortes d’interdits pour informer le public. C’est un héros des temps modernes qui, dans un climat politique très tendu et dans une situation de précarité qui touche des pans entiers de la société, est tenu au devoir d’informer.

Au moment où le monde célèbre, ce mercredi 3 mai, la journée internationale de la liberté de la presse, en RDC, cette liberté n’est pas totalement acquise. Déjà, le journaliste n’a pas accès à toutes les sources d’information. Il y a de ces secteurs où il lui est interdit de fourrer son nez – par peur de représailles. Entre la presse et le pouvoir, on s’observe en chiens de faïence. Et le journaliste, parfois clochardisé par la rigueur économique, va jusqu’à brader son objectivité par instinct de survie.

Voilà les conditions et le contexte qui s’imposent au journaliste. Parfois, c’est le journaliste lui-même qui restreint volontairement sa liberté d’informer.

 

Autrement dit, le combat pour la liberté de la presse passe aussi par la revalorisation du métier et la sécurisation du journaliste. Pour exercer en toute liberté, le journaliste doit être à l’abri du besoin. Ce qui n’est toujours pas le cas et cela réduit davantage le champ de sa liberté de collecter, de traiter et de diffuser l’information. Et le chemin pour se débarrasser de toutes ses pesanteurs est encore loin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Tenir bon
mardi 22 août 2017
La fin d’une chose vaut mieux que son commencement. Cette sagesse doit encore inspirer, s’il le faut bien, les acteurs politiques du Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au...
More inA la Une  Economie  A la Une  

Facebook FanBox