A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Concours « Mongongo ya bilenge » : Gracian Intamba enlève le trophée

Écrit par Lucie Ngusi M.. Publié dans Culture

Répondre au besoin d’information sur la santé sexuelle et reproductive parmi des jeunes a été l’objectif de ce concours.

 

Le lauréat du concours « Mongongo ya bilenge » est enfin connu. C’est un jeune Kinois de 24 ans. Il s’appelle Gracian Intamba. Il a convaincu les membres du jury avec le fond et la mélodie de sa chanson « Elenge, zala ekenge ». Une chanson qui a interpellé la jeunesse congolaise à opérer un choix judicieux pour leur avenir. Car, une petite erreur peut leur coûter la vie.

En effet, le concours « Mongongo ya bilenge »  a été organisé par le Programme national de la santé de l’adolescent (PNSA) avec l’appui financier de l’Université américaine Johns Hopkins. Cette cérémonie de désignation du gagnant s’est tenue, le samedi 29 avril, en  la salle des spectacles B-One, à Binza-Pigeon.

Ils étaient plus de 100 candidats à postuler. Après avoir sélectionné, vingt seulement ont été retenus. Et après audition, les candidats sont restés au nombre de sept : quatre pour Kinshasa et trois pour le Kongo Central. Tous poursuivaient le même objectif, mais un seul gagnant suivi de deux autres : Lawisa et Farley

Emu, le gagnant du concours a expliqué que cette victoire est le fruit d’un travail de longue haleine. « J’avais reçu le soutien des membres de ma famille et des camarades. Je dédie ce trophée à ma mère. Mes collègues ont aussi donné le meilleur et je suis très ravi. Il y a beaucoup de jeunes talentueux à Kinshasa. Que cette initiative ne s’arrête pas à une seule édition. Que le PNSA et l’Université américaine puissent continuer », a-t-il déclaré.

Dans cette optique, Intamba a exprimé sa gratitude envers le PNSA et l’Université américaine Johns Hopkins pour cette opportunité. Dans cet ordre d’idées, il a conseillé aux jeunes de bien faire attention au choix opéré aujourd‘hui, car leur vie en dépend. Gracian Intamba a enthousiasmé les spectateurs  sous l’intitulé  « Elenge zala ekenge ».

Le directeur du PNSA,  Fidèle Mbadu, a, au cours de ce spectacle, expliqué la raison de ce concours. La jeunesse d’aujourd’hui est l’avenir de la société, dit-on. Pour cela, il faut aider cette jeunesse à se construire un avenir meilleur. Et, pour se construire un avenir plein de projets, d’ambitions, a-t-il précisé, il faut être en bonne santé. En cela, l’information et l’éducation entrent dans la ligne de compte. Dans cette logique, M. Mbadu, a passé en revue les problèmes auxquels les jeunes font face. Raison pour laquelle le PNSA a choisi la musique comme une des stratégies pour véhiculer le message. Pour que ce dernier soit mieux transmis, le choix a été porté sur les jeunes. Il faut noter que d’après les règles du concours, le lauréat aura à enregistrer sa chanson au studio en featuring avec le jeune artiste musicien de renom, Ferré Gola.

 

Pour rappel, « Mongongo ya bilenge » est un concours de la chanson organisé du 10 mars au 29 avril 2017. Il est ouvert aux jeunes dans le cadre de la promotion de la santé sexuelle et reproductive.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...