A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Le décor de la crise conglaise

Écrit par L.P le . Publié dans A la Une

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses marques au n°5 de l’avenue Roi Baudouin. Selon son entourage, le Premier ministre serait en train de peaufiner la liste définitive de son gouvernement.

 

Pour lui donner un semblant d’inclusivité, Tshibala tente de piocher dans les rangs du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement pour en soustraire certains cadres. Une tentative qui est presque vouée à l’échec. Car, autour de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, les digues tiennent encore bon. Pour combien de temps encore ? On n’en sait pas.

Pendant ce temps, sur le terrain économique, les principaux indicateurs conjoncturels virent au rouge. Le taux de change du franc congolais par rapport aux principales devises étrangères, principalement le dollar américain, vient de dépasser la barre de 1 400 Fc/Usd sur le marché parallèle. Quant au taux d’inflation, il continue à grimper sur différents segments des marchés.

L’autre mauvaise nouvelle est ce tarissement à un rythme effréné des réserves en devises. Pour le moment, la Banque centrale du Congo reste muette sur le sujet. Mais, on sait qu’à ce jour, le matelas de devises du pays n’est pas loin de descendre sous la barre de 800 millions de dollars américains, soit à peine trois semaines d’importations.

La RDC va droit vers un mur. C’est une évidence qu’on partage déjà dans les milieux économiques et financiers les plus sérieux. Il y a urgence, rappellent-ils, de poser des actes concrets pour inverser cette tendance. Mais, comment le faire dans un contexte de vide gouvernemental ?

Le Premier ministre Bruno Tshibala a hérité d’un cadeau empoisonné. Certes, il a accédé à la fonction prestigieuse de chef du gouvernement, mais on le voit très mal arrêter la pieuvre qui ronge déjà les principaux fondamentaux du cadre macroéconomique. Sans compter la grogne sociale qui prend de plus en plus corps dans différents milieux professionnels. Les prochains jours seront agités. Tous les signaux vont dans ce sens. Et Bruno Tshibala doit trouver le parfait sésame pour déjouer tous les pièges tendus sur son chemin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...

Facebook FanBox