A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Du rififi autour de la paie des médecins des services publics de l’État

Écrit par Véron K.. Publié dans Société

Décidément, les médecins des services publics de l’État membres du Synamed (Syndicat national des médecins) ne savent plus à quel saint se vouer.

Alors qu’ils s’attendent à la mise en œuvre du protocole d’accord signé avec la Rawbank concernant la localisation de leurs rémunérations, à délocaliser de la BIAC (Banque internationale pour l’Afrique au Congo), l’Association congolaise des Banques (ACB) entre  dans la danse pour pratiquement imposer  la domiciliation de leurs émoluments à Procrédit.

Genèse  du feuilleton

Dans le cadre de la bancarisation de la paie des agents de l’État, le Synamed avait, le 12 septembre 2009, signé un protocole d’accord  avec le gouvernement. À travers le ministère des Finances, ce dernier s’engageait à instruire l’ordonnateur-délégué pour que soit  domiciliée la paie des médecins dans les différentes banques désignées par leur syndicat.

Sur la base des dispositions contenues dans ce protocole, le Synamed, par sa lettre n°SNM/052 du 07 mars 2017, sollicitera la domiciliation irrévocable de ses membres habitant Kinshasa à la Rawbank.

Par sa lettre n°SNM/017du 30 janvier 2017, ce syndicat s’adressera à la BIAC  pour que lui soient communiqués les états d’engagement de ses membres, étant donné que, pour son propre compte, il avait clôturé le remboursement de son crédit en 2017.

Par sa lettre n°GE/03/002/17 DC du 27 mars 2017, la BIAC répondra favorablement au Synamed.

Le directeur général de la Rawbank, pour sa part,  confirmera au Synamed l’engagement de son institution bancaire à procéder au rachat des encours de ses membres à la BIAC.  Et ce, par sa lettre n°DC/RWB/n°0139/2017 du 17 mars 2017.

Fort de ces éléments, le bureau national du Synamed  entreprendra des démarches auprès du comité de suivi de la paie des agents et fonctionnaires de l’État pour obtenir de celui-ci la délocalisation de la paie de ses membres en faveur de la Rawbank.

Le comité de suivi de la paie qui acquiescera à cette demande, s’adressera à Mme l’ordonnateur-délégué, par sa lettre n°CSP/PRES/n°00118  du 05 avril 2017, pour qu’elle procède à la délocalisation de la paie des médecins membres du Synamed en faveur de la Rawbank.

Lorsque l’ACB entre dans la danse

 

Alors que le Synamed venait d’obtenir de la Rawbank  l’engagement  pour le rachat des encours de ses membres lui transmis par la BIAC et que 2.500 de ses membres ont déjà ouvert des comptes à cette banque, l’ACB entre dans la danse après tergiversation de Mme l’ordonnateur-délégué. Et c’est certainement dans le  but de bloquer la décision du président du CSP. Y a-t-il un engagement de cette association de racheter les encours de la BIAC ?  C’est la question que se pose le Synamed. Car, après vérification à la BIAC, Procrédit  n’a pris aucun engagement concernant les  encours des médecins.  Serait-on alors en face des jouisseurs des créances de la BIAC, s’interroge, entre autres, le Dr Fabien Nzoko, un des membres du bureau national du Synamed.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.