A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Reconnaissance du nouveau chef Kamuina Nsapu : la solution tardive du gouvernement

Écrit par Le Potentiel le .

 

Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Ramazani Shadary, est déterminé à clore le dossier Kamuina Nsapu. Depuis un mois qu’il a pris ce dossier entre les mains, il a pesé de tout son poids pour prendre langue avec la famille régnante du chef Kamuina Nsapu. Ces efforts ont abouti par l’exhumation, le week-end dernier, du corps du chef Kamuina Nsapu, tué par les forces de sécurité en août 2016, et sa remise à sa famille.  L’exhumation a été suivie le lendemain, le dimanche 16 avril, par l’inhumation des restes du chef coutumier, selon les rites.

Dans l’entretemps, la famille régnante a désigné Jacques Kabeya wa Ntumba, comme successeur de Jean-Pierre Pandi, l’ancien chef de la communauté Kamuina Nsapu. Il est attendu à Kananga pour y être intronisé et présenté sans doute aux autorités provinciales. Le vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité a promis de prendre un arrêté dans les prochaines heures pour reconnaitre le nouveau chef Kamuina Nsapu. Il espère ainsi mettre fin à ce conflit qui dure depuis plus de neuf mois et qui a déjà fait des centaines de morts non sans compter les blessés, les déplacés intérieurs et les dégâts matériels.

La question qui se pose est celle de savoir si cette évolution, somme toute positive, dans la résolution de ce conflit qui a opposé l’Etat congolais à ce qu’on a appelé les « miliciens Kamuina Nsapu » constitue-t-elle un dénouement durable de la crise ? Au regard de la propagation dans toutes les cinq provinces de l’espace Kasaï du phénomène Kamuina Nsapu, il est à craindre que le gouvernement vient là de résoudre seulement le problème dans la seule comunauté de  Kamuina Nsapu dans le territoire de Dibaya dans la province du Kasaï Central.

 

Si le phénomène Kamuina Nsapu a été aussi facilement accepté dans plusieurs communautés du Kasaï, c’est sans doute parce que les autres communautés rencontreraient le même problème. Et donc, il est fondamental de savoir combien des chefs coutumiers n’ont pas de reconnaissance officielle de l’Etat et qui pourraient, pour les mêmes raisons que la communauté kamuina Nsapu, continuer avec les mêmes revendications. En résolvant le problème dans la communauté Kamuina Nsapu, l’Etat devrait résoudre tous les autres problèmes de reconnaissance de chefs coutumiers qui se poseraient à travers l’espace Kasaï pour espérer juguler durablement  le phénomène Kamuina Nsapu. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....