A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

À nous la mangeoire

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Chers compatriotes, auriez-vous observé l’agitation qui, tel un tourbillon, secoue la classe politique depuis le récent coup de force de Joseph Kabila, un coup tordu qui a «discrétionnairement» manipulé les pions de la Primature ?

 

J’avoue, pour ma part, que j’ai vu et entendu plusieurs centaines de Congolais, tous âges et sexes confondus, se torturer, en se lamentant, quant à leur avenir politique immédiat. Immédiat, c’est-à-dire un avenir particulièrement conditionné par l’entrée, coûte que coûte, dans le gouvernement Tshibala.

Si Bruno recrutait après l’épreuve d’un marathon, il aurait moins de dix athlètes sur sa liste. Because généraux et fondateurs des partis auraient d’avance déclaré forfait, car dépourvus de l’endurance des Kenyans et des Éthiopiens. Toute cette prose explique que la mangeoire était bien ouverte à qui avait faim. La faim n’a-t-elle pas régulièrement sorti le loup du bois ?

Pour revenir aux «candidats bâtisseurs de leur avenir politique immédiat», trois clés étaient à leur portée pour accéder à la caverne d’Ali Baba : la transhumance, le reniement, la trahison. Remarquez combien de partis et de plateformes politiques sont entrés en ébullition ! L’heure est de nouveau aux anathèmes et aux exclusions réciproques.

Analphabètes, estropiés, incultes, voilà l’espèce de vautours qui entendent, par des intrigues et en solitude, manger «le pain du peuple», sans jamais l’inviter à table. Écoutez-les sur les ondes de la radiotélévision gouvernementale ou des chaînes associées. Leurs discours sont globalement nauséabonds, fades et faussement dithyrambiques.

 

Pouah ! Gens de peu de moralité politique, votre goinfrerie vous asphyxiera.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....