A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Maman Sidikou ne doit pas faciliter le débauchage en faveur de la MP

Écrit par P.M. le .

 

Le Front républicain des centristes se félicite du fait qu’après une sortie médiatique controversée, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC se soit engagé résolument à explorer les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi, l’Accord politique du 31 décembre 2016 tel que stipulé par la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Dans une déclaration faite à la presse, le lundi 17 avril à Kinshasa, le coordonnateur principal du Front républicain des centristes, Chérubin Okende, a invité Maman Sidikou à ne pas abuser de bons offices des Nations unies pour faciliter « insidieusement » le débauchage et encourager la transhumance politique en faveur de la majorité au pouvoir.

« Le Front des républicains des centristes rappelle instamment à Maman Sidikou que la racine pivotante de la grave crise politique qui sévit en RDC est le refus du président Kabila, autorité morale de la Majorité présidentielle, de faciliter l’alternance démocratique au sommet de l’Etat. Cette situation a conduit au déréglage généralisé de l’ordre constitutionnel consacrant ainsi la perte de la légitimité de toutes les institutions à mandats électifs. Partant, il serait naïf de présumer de la bonne foi de cette famille politique, de ses amis et frères qui depuis le mois de janvier 2017, se démêle acharnement à pervertir la lettre et l’esprit de l’Accord politique de la Saint-Sylvestre », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « A travers ce revirement judicieux du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, le Front républicain des centristes prend acte de la désapprobation par celui-ci de la nomination de M. Bruno Tshibala comme Premier ministre. Par conséquent, le Front républicain des centristes exhorte toutes les parties prenantes à privilégier la mise en œuvre intégrale et prompte de l’Accord politique de la Saint-Sylvestre, seul cadre susceptible d’appuyer la légitimité des institutions pendant la période provisoire et d’assurer durablement la stabilisation ainsi que la consolidation de la démocratie constitutionnelle en RDC et de conduire à la passation pacifique du pouvoir conformément à la Constitution congolaise et cela, dans le respect scrupuleux de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance ».

 

Dans la foulée, le Front républicain des centristes préconise la mise au point d’un arrangement particulier prévu dans l’Accord du 31 décembre 2016, qui puisse privilégier le fonctionnement judicieux des institutions pendant la période préélectorale et électorale dans le strict respect de la Constitution, une décrispation politique efficiente ainsi que l’indépendance effective de la Commission électorale et la crédibilité du processus des élections libres et transparentes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.