Imprimer

PNC : le colonel Elvis Palanga remplace le général Célestin Kanyama à Kinshasa

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa. Publié dans Online Dépêches

L’officier de police découvert par la population kinoise à cause de l’opération « Likofi (Coup de poing) aurait été suspendu par sa hiérarchie pour insubordination et un écart de langage.

 

Le lundi 17 avril 2017, le porte-parole de la Police nationale congolaise, le colonel Pierrot Mwanamputu, a affirmé au média en ligne ACTUAKITE.CD que le colonel Elvis Pangala Nawej, commissaire provincial adjoint en charge de l’Administration pour la ville de Kinshasa, assume désormais l’intérim du général Célestin Kanyama à la tête de la police provinciale.

Ce dernier aurai expliqué sans trop de détails : « Le colonel Elvis a été désigné commissaire provincial ad intérim de la Police nationale congolaise de Kinshasa. Il n ‘y a pas d’autres communications à  faire à ce sujet ».

Est-il qu’à en croire certaines rumeurs propagées depuis le week-end, le commissaire provincial de la Police nationale congolaise Célestin Kanyama aurait été suspendu par sa hiérarchie pour insubordination.

Réagissant à cela, le général Kanyama avait répondu à ACTUALITE.CD : « Évitons l’intox. Je suis en liberté en train de faire ma vie. Si Bisengimana n’est pas au courant, cela veut dire que c’est faux ». Mais le lundi 17 avril, ce dernier était resté injoignable.

Pour sa part, notre confrère « Le Phare » a écrit dans son édition d’hier mardi 18 avril que la hiérarchie de la Police nationale congolaise a procédé à une légère restructuration à la tête de cette unité de la police, en précisant que c’est depuis le vendredi 14 avril 2017 que le commissaire provincial Célestin Kanyama Cishiku a été suspendu de toutes ses fonctions pour insubordination. Et cela, pour une durée indéterminée.

Emporté par une communication téléphonique

Ce journal précise que la mesure disciplinaire en question est tombée suite à une communication téléphonique intervenue entre ce dernier et l’un de ses supérieurs hiérarchiques qui n’aurait pas digéré des écarts frustrants de langage dans le chef de ce dernier.

C’est ainsi que pour combler le vide, son intérim a été confié au commissaire supérieur principal Elvis Palanga Nawej, dont les mérites sont reconnus pour avoir dirigé de main de maître le district de la police de la Tshangu, considéré à une certaine époque comme le bastion des éléments incontrôlés et autres grands malfaiteurs.

Mais à travers la ville, les sentiments de la population sont partagés. Certaines personnes voudraient connaître les causes réelles de cette suspension, quant aux autres, elles espèrent que l’exécution de cette mesure disciplinaire sera le point de départ d’une nouvelle gestion de la sécurité dans la capitale congolaise.

En effet, ces derniers s’attendent à plusieurs opérations de ratissage des antres de malfaiteurs qui pullulent plusieurs communes de la ville. Pour cela, le commissaire provincial intérimaire devra être à l’écoute, non seulement de ses supérieurs, mais aussi de la population des communes infestées par les marginaux et les bandits de toutes espèces.

 

Il sied de noter que selon un communiqué du Trésor américain, l’administration américaine avait annoncé le 23 juin 2016 des sanctions financières contre le chef de la police de Kinshasa pour son éventuelle responsabilité dans des violences et des disparitions dans la capitale congolaise.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...