A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

La promesse ferme des Nations unies: « Il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre de l’accord du 31 déc. »

Écrit par Le Potentiel. Publié dans Online Dépêches

Entre le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, regroupement politique formé autour du duo Félix Tshisekedi  - Pierre Lumbi, et la Monusco (Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC), les violons se sont finalement accordés après la rencontre, hier dimanche, entre les deux parties.

 

En effet, la sortie médiatique le samedi 15 avril 2017, de Maman Sidikou, représentant spécial des Nations unies en RDC et chef de la Monusco, au terme des échanges avec le Premier ministre nommé, Bruno Tshibala, n’a pas été bien accueilli dans le camp du Rassemblement. Il était donc à l’avantage du patron de la Monusco de remettre les pendules à l’heure en revenant notamment sur la résolution 2348 du  Conseil des Nations unies qui considère l’application de l’accord du 31 décembre 2016 comme la voie obligée pour une paix durable en RDC.

A la Monusco, le coup de colère du Rassemblement (lire sa déclaration en encadré) a été perçu à sa juste valeur. La rencontre du dimanche a permis d’arrondir les angles.

Le plus évident est que les Nations unies, agissant via la Monusco, se sont engagées à rencontrer « tous les protagonistes de la crise pour essayer de trouver les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi l’accord du 31 décembre 2016 ». Dans tous les cas, « pour la Monusco, il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016 tel que stipulé dans la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Les malentendus ayant été vite dissipés, aux Nations unies, l’objectif ultime est de « surmonter les obstacles à la tenue élections crédibles d’ici à la fin cette année 2017 ». Loin d’avoir résolu le problème, la nomination de Bruno Tshibala est un coup d’épée dans l’eau. A la Monusco, on travaille activement pour ramener tout le monde à l’accord du 31 décembre 2016 et ouvrir une courte transition, avant la tenue des élections fin 2017.

 

Déclaration de la Monusco sur les derniers développements politiques en RDC

Dans le cadre de la mission de bons offices confiés par la Résolution 2348, le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, Maman Sambo Sidikou, rencontre tous les protagonistes de la crise pour essayer de trouver les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi, l’Accord du 31 Décembre. Ce dimanche, il a reçu une délégation du Rassemblement. Et dès demain et les jours à venir, ce sera le tour de tous les autres acteurs politiques parties prenantes de l’Accord du 31 Décembre 2016, y compris la CENCO et la Société civile.

 

Pour la MONUSCO, il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre complète de l’Accord du 31 décembre 2016 tel que stipulé par la résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Nous devons tous travailler ensemble pour surmonter les obstacles à la tenue d’élections crédibles d’ici à la fin de cette année 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.