A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

La promesse ferme des Nations unies: « Il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre de l’accord du 31 déc. »

Écrit par Le Potentiel. Publié dans Online Dépêches

Entre le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, regroupement politique formé autour du duo Félix Tshisekedi  - Pierre Lumbi, et la Monusco (Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC), les violons se sont finalement accordés après la rencontre, hier dimanche, entre les deux parties.

 

En effet, la sortie médiatique le samedi 15 avril 2017, de Maman Sidikou, représentant spécial des Nations unies en RDC et chef de la Monusco, au terme des échanges avec le Premier ministre nommé, Bruno Tshibala, n’a pas été bien accueilli dans le camp du Rassemblement. Il était donc à l’avantage du patron de la Monusco de remettre les pendules à l’heure en revenant notamment sur la résolution 2348 du  Conseil des Nations unies qui considère l’application de l’accord du 31 décembre 2016 comme la voie obligée pour une paix durable en RDC.

A la Monusco, le coup de colère du Rassemblement (lire sa déclaration en encadré) a été perçu à sa juste valeur. La rencontre du dimanche a permis d’arrondir les angles.

Le plus évident est que les Nations unies, agissant via la Monusco, se sont engagées à rencontrer « tous les protagonistes de la crise pour essayer de trouver les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi l’accord du 31 décembre 2016 ». Dans tous les cas, « pour la Monusco, il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016 tel que stipulé dans la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Les malentendus ayant été vite dissipés, aux Nations unies, l’objectif ultime est de « surmonter les obstacles à la tenue élections crédibles d’ici à la fin cette année 2017 ». Loin d’avoir résolu le problème, la nomination de Bruno Tshibala est un coup d’épée dans l’eau. A la Monusco, on travaille activement pour ramener tout le monde à l’accord du 31 décembre 2016 et ouvrir une courte transition, avant la tenue des élections fin 2017.

 

Déclaration de la Monusco sur les derniers développements politiques en RDC

Dans le cadre de la mission de bons offices confiés par la Résolution 2348, le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, Maman Sambo Sidikou, rencontre tous les protagonistes de la crise pour essayer de trouver les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi, l’Accord du 31 Décembre. Ce dimanche, il a reçu une délégation du Rassemblement. Et dès demain et les jours à venir, ce sera le tour de tous les autres acteurs politiques parties prenantes de l’Accord du 31 Décembre 2016, y compris la CENCO et la Société civile.

 

Pour la MONUSCO, il n’y a pas d’alternative à la mise en œuvre complète de l’Accord du 31 décembre 2016 tel que stipulé par la résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Nous devons tous travailler ensemble pour surmonter les obstacles à la tenue d’élections crédibles d’ici à la fin de cette année 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

1. Nous, Archevêques et Evêques, Membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en notre 54ème Assemblée Plénière Ordinaire à Kinshasa, du 19 au 23 juin 2017, mus par...

Facebook FanBox