A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Kasaï : 50 morts en deux jours d’affrontements à Mweka

Écrit par AFP/LP le . Publié dans Online Dépêches

Une cinquantaine de personnes ont été tuées lors des affrontements de jeudi et vendredi entre les présumés miliciens Kamuina Nsapu et l’armée dans les villages de Kabawu, Sungi et Sangila au Kasaï.

 

Il ne s’agit là que d’un bilan provisoire, a indiqué le coordinateur de la chefferie de Bushong à Mweka, Albert Nkashama. Plusieurs corps de victimes identifiées comme des miliciens Kamuina Nsapu gisaient un peu partout tandis qu’un militaire des Forces armées de la RDC (FARDC) grièvement blessé aux jambes était admis aux soins dans un centre de santé de Sangila.

«Les inciviques ont été mis en déroute par les commandos des FARDC et le nombre de tués serait de soixante», a indiqué pour sa part l’administrateur du territoire de Mweka, Jean Shesh, joint au téléphone par le site actualité.cd.

Selon un officier de l’armée, les militaires arrivés à Mweka se sont affrontés avec les miliciens à Kabawu (35 km de Mweka), ensuite à Sungi et à Sangila. Les miliciens en débandade se sont repliés au poste d’Etat de Kampungu vers Luebo qu’ils contrôlent depuis le 29 mars 2017.

Les affrontements entre les forces de l’ordre les miliciens se réclamant du défunt chef coutumier Kamuina Nsapu dans les provinces du Kasaï, du Kasaï Central, du Kasaï Oriental et de Lomami ont fait plus de 400 morts et plus de 150 000 déplacés en six mois.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....