A la Une

Loin de résoudre la crise, la SADC est venue l’attiser

Arrivée à Kinshasa dans le cadre d’une mission de bons offices pour décanter la situation de...

Le décor de la crise conglaise

Le décor de la crise conglaise

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses...

Le décor de la crise

Le décor de la crise

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses...

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Pourquoi, deux semaines après sa nomination ,Bruno Tshibala n’arrive pas à boucler définitivement...

Le Potentiel n° 7000

Le Potentiel n° 7000

  Ce jeudi, 20 avril 2017, coïncide avec la parution de la 7000ème édition du quotidien Le...

Imprimer

Pour la Dynamique, Kabila a simplement remanié son gouvernement

Écrit par P.M.. Publié dans Online Dépêches

Au terme d’une conférence de presse animée samedi 9 avril à Kinshasa, la Dynamique pour l’unité d’actions de l’Opposition sous la modération de Martin Fayulu a rejeté la nomination de Bruno Tshibala au poste de premier ministre.

 

Pour cette plateforme politique alliée au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, « il n’y a même pas eu nomination ». « Monsieur Kabila a procédé au remaniement de son gouvernement », a estimé Martin Fayulu.

Face à la situation créée par cette nomination, la Dynamique s’en remet aux Nations unies et demande à la Monusco de jouer la médiation pour réunir les deux parties dans le cadre de la résolution 2348 du Conseil de sécurité. Celle-ci donne mandat à la mission onusienne en RDC d’accompagner la mise en œuvre de l’Accord politique du 31 décembre 2016. En attendant, la Dynamique appelle à marche le lundi 10 avril aux côtés du Rassemblement.

Dans sa résolution 2348 du 30 mars 2017 écrite par la France, le Conseil de sécurité de l'ONU fait de l'Accord du 31 décembre 2016 une feuille de route essentielle à la résolution de la crise en RDC, après le maintien du président Kabila au-delà de la fin de son mandat. L’organe exécutif des Nations unies déclare sans ambages que l'application de l'accord doit être « intégrale » et « prompte ». Le Conseil « demande à toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo, y compris au président Kabila, à la Majorité présidentielle et à l'Opposition, de mettre en œuvre sans délai l'Accord du 31 décembre 2016, en toute bonne foi et dans son intégralité ».

 

Les tergiversations de la Majorité présidentielle allant dans le sens de retarder au maximum la mise en œuvre de l'accord énerve la résolution. De même, une application partielle ne va pas dans le sens de la résolution. Pour le Conseil de sécurité, cette application intégrale et prompte de l'accord vise justement l'organisation des élections à la fin de cette année 2017. Pas en 2018.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Arrivée à Kinshasa dans le cadre d’une mission de bons offices pour décanter la situation de crise causée par l’atterrissage en catastrophe des discussions directes du Centre interdiocésain, la...

Facebook FanBox