A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Nomination de Bruno Tshibala : encore un cas d’exclusivité

Écrit par Véron K. le .

 

Réagissant à la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre, Konde Vila ki Kanda, président national intérimaire de l’ARC (Alliance pour le Renouveau du Congo), député national élu de la ville de Goma et coordonnateur du groupe des parlementaires membres du G7, estime que la nomination de Bruno Tshibala a été faite dans le cadre du dédoublement du Rassemblement comme ce fut le cas avec les partis politiques. Encore une fois, a-t-il poursuivi, on vient de vivre un cas d’exclusivité, d’autant plus qu’aucun consensus n’a été dégagé autour de cette désignation. En prenant cette décision, le président Joseph  Kabila s’est simplement abreuvé auprès du groupe des dissidents du Rassemblement qui n’a presque pas pignon sur rue.  Pour preuve, à la publication de l’ordonnance présidentielle nommant Bruno Tshibala au poste de premier ministre, des incidents ont éclaté à différents endroits dans la capitale et dans quelques villes de l’intérieur du pays en signe de protestation.

Konde Vila ki Kanda pense qu’en considérant le groupe des dissidents comme interlocuteurs, le chef de l’Etat  devait tenir compte du rapport de la majorité  populaire.

Abordant le problème ayant trait aux élections, Konde Vila ki Kanda soutient vivement l’organisation de ces échéances avant la fin de l’année 2017. «Si le processus électoral est crédible, il résoudrait, tant soit peu, les problèmes socioéconomiques  du pays ».  Pour  ce faire, a-t-il enchaîné, il y a lieu de se référer à la résolution 2348 qui recommande l’application sans équivoque de l’Accord du 31 décembre 2016.

 

« Un homme politique averti ne doit pas croire que le rapport des forces s’établit par les muscles et les armes, mais, c’est par rapport à l’opinion et aux aspirations du peuple ». Cela sous-entend que si le Premier ministre provenait effectivement du Rassemblement, on aurait senti l’enthousiasme et  le délire de joie à travers le pays. Le contraire s’étant produit, Konde Vila ki Kanda déplore les incidents enregistrés à la publication de  l’ordonnance nommant Bruno Tshibala au poste de premier ministre. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...