A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Du gâchis

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Le président de la République vient de confier la primature à Bruno Tshibala, un dissident du Rassemblement et un exclu de l’UDPS. Cette nomination vient à la suite de celle de Samy Badinanga Ntita, un autre exclu de l’UDPS qui a occupé ce poste, pour son appartenance supposée au parti d’Etienne Tshisekedi, mais aussi pour ses origines kasaïennes.

 

La Majorité présidentielle (MP) voulait ainsi brouiller les pistes en nommant un exclu de l’UDPS, mais surtout un originaire de l’espace kasaïen, faute de consensus avec Etienne Tshisekedi, grand leader incontesté de ce parti mais aussi originaire du Kasaï.  Seulement, Samy Badibanga vient de quitter la primature, après trois mois, sur la pointe de pied et sans bilan. Pour la MP, Samy Badibanga aura aidé au moins à grignoter quelques mois à l’échéance de décembre 2017.

La MP ne s’est jamais départie de son plan machiavélique de renvoyer aux calendes grecques les élections, juste pour pérenniser son autorité morale à la présidence de la République, en violation de la Constitution. Joseph Kabila a déjà épuisé ses deux mandats constitutionnels depuis le 19 décembre 2016. Autant la famille politique du chef de l’Etat a bloqué les premières élections en 2015, autant elle a tout fait pour éviter l’organisation de ces scrutins dans les délais constitutionnels en 2016.

Pire, la Majorité présidentielle foule au pied l’Accord du 31 décembre 2016, un arrangement politique global et inclusif, qui prévoit la présidentielle et les législatives nationales et provinciales en décembre 2017. C’est dans le but de retarder la tenue de ces élections que le chef de l’Etat a nommé un dissident du Rassemblement au poste de Premier ministre. Tout le monde sait que c’est une nomination fantaisiste destiné à retarder  encore la tenue d’élections.

Le pouvoir de Kinshasa est donc obsédé par le glissement du processus électoral. C’est la seule forfaiture par laquelle elle peut passer pour maintenir, de force, son autorité morale au Palais de la nation. Le peuple congolais doit rester vigilant pour bloquer ce dilatoire de mauvais goût.

 

La nomination de Bruno Tshibala, comme celle de Samy Badibanga, n’est qu’un gâchis en termes du temps précieux qui nous sépare de la tenue d’élections.  Pour autant, le processus électoral est irréversible en RDC. Il se réalisera impérativement. N’en déplaise aux caciques de la MP.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox