A la Une

Bon pour le placard

Bon pour le placard

Sous le soleil, la trahison n’a jamais payé. Car, à fin de compte, comme dans un film de...

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

La MP et ses nouveaux alliés débauchés dans le Rassemblement ont réussi leur show jeudi au...

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution  2348 du Conseil de sécurité

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution 2348 du Conseil de sécurité

La cérémonie de signature de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016 a bel et...

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Imprimer

La RDC représentée à l’atelier de Douala pour une meilleure communication sur le processus REDD+

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

Un panel de journalistes et autres communicateurs africains se réunissent à Douala (Cameroun) pour une remise à niveau sur les techniques de communication relative à la matière des changements climatiques. A travers un atelier organisé par le Réseau des communicateurs pour l’environnement et l’information en Afrique centrale (RECEAC), des journalistes de six pays d’Afrique centrale se préparent à mieux vulgariser le message en rapport avec la lutte contre les changements climatiques.

Les travaux de cet atelier sous-régional ont été lancés, le jeudi 6 avril. Les échanges tournent autour du renforcement des capacités des journalistes et communicateurs en matière de changements climatiques et REDD+, pour la gestion durable des écosystèmes du bassin du Congo.

Pendant 4 jours, les journalistes de 6 pays membres de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac) dont la RDC, intériorisent les connaissances pour enfin se doter des outils nécessaires à l’information, à la sensibilisation et à la communication des masses sur les changements climatiques et la REDD+.

Selon le secrétaire exécutif adjoint de la Comifac, Gervais-Ludovic Itsoua Madzous, le soutien du Comifac au Receac pour l’organisation de cet atelier est une façon de pousser les journalistes de la sous-région à aller vers l’information environnementale, avec des connaissances exactes sur des questions hautement techniques.

« Il faut que l’information mise à la disposition de notre base soit de bonne qualité. C’est dans cette perspective que la Comifac a estimé important de donner de la bonne information aux journalistes,  et chargés de communication des institutions qui sont en contact direct avec la population et les décideurs », a-t-il précisé.

Cependant, Gervais-Ludovic Itsoua Madzous reconnait le retard dans la préparation des journalistes à mieux cerner les contours des questions de changements climatiques et REDD+. Il a promis d’y remédier. « Effectivement, nous estimons qu’il y’a un retard et qu’à l’issue de tels travaux par exemple, nous pouvons arriver à rendre ces genres d’activités récurrentes », a-t-il déclaré.

Pour le Receac, les questions de changements climatiques restent un défi pour l’Afrique centrale. Les membres du réseau pensent qu’il est important que les journalistes et communicateurs de la sous-région s’en approprient, afin d’aider les populations à les comprendre et s’impliquer dans la lutte contre les effets néfastes de ces changements.

Une nouvelle donne

« Il est normal que le Receac organise de pareils rencontres pour cette catégorie d’acteurs, étant donné qu’il est en contact direct et permanant avec les populations, à travers leurs productions. Les outils adéquats qu’ils recevront lors de cet atelier, vont les aider à professionnaliser leur métier et se spécialiser dans des domaines spécifiques de l’environnement », s’est réjoui le président du Receac, Raoul Siemeni.

Pour les participants à ces assises, les attentes vont au-delà d’une simple formation. « Je souhaite que cette rencontre aide aussi à affiner la cohésion entre la Comifac, le Receac et les ministères en charge forêts et environnement, afin de rendre fluide la communication entre ces 3 entités », a suggéré le chargé de Communication du ministère de l’environnement de la RDC, Teddy Ntenday.

Et d’ajouter : « Cet atelier est très important car il permet non seulement de renforcer nos capacités, mais également de rappeler certaines notions élémentaires et importantes, compte tenu de la nouveauté des termes tels que REDD+, adaptation et atténuation. Nos attentes sont celles de ramener au pays une meilleure compréhension et des connaissances pratiques sur ces différents concepts ».

Dès leur retour dans leurs pays respectifs, les participants à cet atelier mettront en pratique les nouvelles connaissances acquises pour améliorer les contenus de leurs productions. Ce, afin de faciliter la compréhension à leurs différentes cibles. Notamment la population et les décideurs politiques, considérés comme acteurs clés dans le processus de lutte contre les effets néfastes de changements climatiques.

 

L’atelier de Douala en faveur des journalistes d’Afrique centrale s’inscrit dans la droite ligne de la feuille de route de la Comifac, telle que définie par son nouveau staff dont le mandat a pris cours depuis le début de cette année.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...