A la Une

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Peine perdue

Peine perdue

L’opinion assiste, depuis quelques jours, à des « rumeurs » faisant état d’un possible...

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

La Banque centrale du Congo a initié des négociations avec les changeurs de monnaies,...

Imprimer

Cinq questions à Jean-Claude Vuemba (*) 2

Écrit par Propos recueillis par Pitshou Mulumba. Publié dans 5 Questions à...

1. Survie de l’Accord de la Saint-Sylvestre, espoir ou désespoir après le discours du chef de l’État devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès ?

Il y a eu un amalgame dans le discours de M. Kabila. Il doit respecter l’Accord de la Saint-Sylvestre qui a facilité le dépassement de son mandat après le 19 décembre 2016. C’est grâce à ce compromis politique qu’il bénéficie de quelques mois devant servir à la préparation des élections prévues au mois de décembre prochain. Reconnaitre le dédoublement du Rassemblement, tel qu’il l’a fait, en consultant d’autres acteurs se réclamant du Rassemblement, puis lancer un appel à ce que nous, le Rassemblement, refassions l’unité, c’est une ingérence. Nous n’avons pas besoin de ses bons offices dès lors que nous reconnaissons en sa majorité la pratique de dédoublement des partis politiques et des plateformes. L’Accord de la Saint-Sylvestre est clair en ce qui concerne la désignation et la nomination du Premier ministre. Il appartient au Rassemblement de présenter le Premier ministre et non la liste des candidats Premier ministre. Au sein du Rassemblement, nous avons concédé que M. Kabila prolonge son mandat jusqu’à décembre suivant l’application de l’Accord politique du 31 décembre 2016. On aurait pu exiger l’intérim du président du Sénat à sa place… Nous ne sommes pas surpris de son discours. Au sein du Rassemblement, toutes les plateformes parlent d’une voix : le candidat Premier ministre, c’est M. Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi et le président du Conseil national de suivi de l’Accord, M. Pierre Lumbi.

 

2. Qu’entrevoyez-vous finalement dans la suite de ce bras de fer avec la MP?

Nous allons expliquer à notre peuple qu’il y a eu rupture de confiance par rapport aux assises du Centre interdiocésain. Et la conséquence, le peuple se décidera. L’article 64 de la Constitution est clair. Nous n’allons pas accepter le retour de la dictature en République démocratique du Congo. Pour nous, le salut ne passe que par le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre et point barre.

 

3. L’UDPS et le Rassemblement maintiennent la marche du 10 avril prochain pour exiger l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Le MPCR se range-t-il dans cette démarche de recours aux manifestations pacifiques de la rue ?

Le Rassemblement n’a que le peuple. Et c’est l’essentiel. Il appartient à ce peuple, lui-seul, d’exprimer son ras-le-bol. Il ne faudrait pas oublier que la responsabilité de l’impasse électorale incombe au pouvoir en place. Il ne peut pas aujourd’hui faire miroiter une solution à un problème qu’il a lui-même créé.

 

4. Dans le contexte de la non-application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, le chaos devient-il inévitable ?

M. Kabila a toutes les cartes en main. C’est notamment celle de nommer M. Félix Tshisekedi comme Premier ministre. La collaboration commencera là pour faire respecter l’Accord du 31 décembre 2016. Contourner cet Accord, c’est pérenniser la crise. Rien n’est nouveau sur cette terre. Je partage deux leçons tirées de deux images me parvenues sur les réseaux sociaux. La première image, c’est celle d’un Congolais de Brazzaville à Rabat devant la tombe du maréchal Mobutu. Et là, il se disait : regardez ce grand homme, qui l’eût cru qu’il terminerait là ? Tout est vanité, a-t-il conclu. L’autre image est celle de l’ancien président burkinabé, Blaise Compaoré, à un aéroport avec une bouteille de jus et un sandwich ! Montage ou pas, je me dis, il a raté l’occasion de sortir par la grande porte.

 

5. Le MPCR fait partie de la Dynamique de l’Opposition, aujourd’hui, divisée. Quelle suite faites-vous de l’appel du président du Rassemblement vous invitant à refaire l’unité au sein de la Dynamique pour l’unité d’actions de l’Opposition ?

Effectivement le président du Rassemblement, Félix Antoine Tshilombo et le président du conseil des sages, Pierre Lumbi ainsi que le président Kitenge Yesu nous ont fait asseoir. J’ai été délégué, moi, du côté du Dynamique que vous appelez aile Kiakwama à préparer une rencontre avec la Dynamique dite aile Fayulu aux fins d’aplanir les divergences et refaire l’unité d’actions. Jusque-là, les contacts pris auprès du président de l’UDA Claudel Lubaya n’ont pas abouti. Nous avons fait rapport au président du Rassemblement.

 

(*) Président national du Mouvement du peuple congolais pour la République (MPCR)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Près d'un million de personnes a été forcé de fuir à l'intérieur de la République démocratique du Congo (RDC) au cours des six premiers mois de l'année, selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (CNR) en...