A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

La culture de la démission

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans Online Dépêches

La République démocratique du Congo traverse une crise politique qui affecte tous les secteurs de la vie nationale. Une telle situation devrait interpeller les acteurs politiques congolais. Malheureusement, tel n’est pas le cas au regard du comportement que ces derniers affichent depuis plusieurs années. Au lieu de prendre conscience de l’ampleur de la crise qui tenaille le pays, les politiques congolais passent leur temps aux discussions sans lendemain.

 

Et pourtant, ils devaient explorer toutes les voies de sortie de la crise multiforme qui sévit au pays, question de sauver le navire RDC qui prend déjà de l’eau. Est-ce un problème d’inconscience ou de manque de patriotisme ?

Sous d’autres cieux, les acteurs politiques se distinguent par un comportement responsable. Ce qui n’est pas le cas en RDC, où le dialogue politique a mis plus de temps que prévu. Les acteurs politiques congolais n’ont pas la culture de la démission. Même si les choses ne marchent pas, ils s’accrochent toujours. Une façon de démontrer le degré d’inconscience qui caractérise la classe politique congolaise.

Contesté à sa nomination comme Premier ministre, Samy Badibanga s’est accroché au pouvoir jusqu’au jour où le chef de l’Etat l’a  contraint à la démission, avec l’annonce de la nomination du nouveau Premier ministre. Un exercice auquel il devrait se soumettre avant que le chef de l’Etat le lui demande. Curieusement, il a fait semblant comme si de rien n’était en laissant derrière lui un gouvernement sans bilan. La personnalité est un atout indispensable en politique. D’où la nécessité d’incarner la culture de la démission au lieu de gouverner par défi.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...