A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

La culture de la démission

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans Online Dépêches

La République démocratique du Congo traverse une crise politique qui affecte tous les secteurs de la vie nationale. Une telle situation devrait interpeller les acteurs politiques congolais. Malheureusement, tel n’est pas le cas au regard du comportement que ces derniers affichent depuis plusieurs années. Au lieu de prendre conscience de l’ampleur de la crise qui tenaille le pays, les politiques congolais passent leur temps aux discussions sans lendemain.

 

Et pourtant, ils devaient explorer toutes les voies de sortie de la crise multiforme qui sévit au pays, question de sauver le navire RDC qui prend déjà de l’eau. Est-ce un problème d’inconscience ou de manque de patriotisme ?

Sous d’autres cieux, les acteurs politiques se distinguent par un comportement responsable. Ce qui n’est pas le cas en RDC, où le dialogue politique a mis plus de temps que prévu. Les acteurs politiques congolais n’ont pas la culture de la démission. Même si les choses ne marchent pas, ils s’accrochent toujours. Une façon de démontrer le degré d’inconscience qui caractérise la classe politique congolaise.

Contesté à sa nomination comme Premier ministre, Samy Badibanga s’est accroché au pouvoir jusqu’au jour où le chef de l’Etat l’a  contraint à la démission, avec l’annonce de la nomination du nouveau Premier ministre. Un exercice auquel il devrait se soumettre avant que le chef de l’Etat le lui demande. Curieusement, il a fait semblant comme si de rien n’était en laissant derrière lui un gouvernement sans bilan. La personnalité est un atout indispensable en politique. D’où la nécessité d’incarner la culture de la démission au lieu de gouverner par défi.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

     La Chine d’aujourd’hui qui ressemble, pourrait-on dire, à la «poule aux œufs d’or», a une histoire teintée des tâches noires, des humiliations subies lors de la guerre de l’Opium et des incessantes...